- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Marathon en Terre-Adélie


08/03/2018
    
Quel mois de février... Quatre week-ends, quatre étapes ; des kilomètres de route, de Bordeaux à Reims, Mâcon à St Lô. Nous avons suivi la route des étalonniers pour ce Tour de France où ils viennent à la rencontre des éleveurs en quête de l’étalon idéal pour leur(s) jument(s). Quatre week-ends à la suite, c’est dur. Pour les étalonniers, mais aussi pour les étalons. Donc tous n’étaient pas là aux quatre étapes. Au détriment donc du but premier de l’opération. 


A repenser sans doute. Laisser un ou deux week-ends libres, comme c’était le cas les autres années, pour souffler. En effet, même s’il est indéniable que parler de vive voix avec la ou les personnes qui « bichonnent » ces mâles somptueux, est un plus appréciable, sans parler de les voir de visu, l’étalon, lui, souvent déjà prélevé, des kilomètres dans les pattes, donc cuit, se retrouve au box entouré d’autres mâles aussi « chauds » que lui, et ce durant tout un mois. 


Que dire alors du show de St Lô ? Il est vrai qu’il anime la soirée et que toute animation est bienvenue. Mais le Master n’a pas vraiment permis aux étalons de s’exprimer. En effet le parcours, avec peu de galop, des courbes difficiles, ne les épargna pas. Or ils étaient là pour briller, pas forcément pour performer.


Le Grand Match, peu lisible, était-il de trop ? Certains - pour lesquels cette tournée 2018 avait le rythme d’un marathon en Terre-Adélie - le pensent. Ce n’est pas le cas pour l’entourage d’Ascott des Vaux, d’Away Semilly et de ZE Carioca...


Reste que ces rassemblements sont une formidable brassée de vitalité, de plaisir, d’échanges pour cette famille de l’élevage, au sortir de la pause plus solitaire de fin d’année (pas pour tous). Il y a l’image offerte des éleveurs et produits français, l’impact économique, et le baromètre de début de saison : oui, il y eut moins de monde à St Lô - beaucoup ont préféré le streaming - mais le monde était là pour acheter. Certains n’ont pas levé la tête de leurs cartes pendant deux jours. L’embellie, de timide il y a deux ans, se confirme : des foals il y en aura, en 2019, plus qu’en 2018.




A lire aussi : Elevage



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°302 du 14 Septembre 2018


je m’abonne !  je lis

  • Marion Modolo Zanotelli/Rock'N Roll Semilly
  • Virginie Lefebvre/Diamond's Dream
  • Virginie Lefebvre/Diamond's Dream
  • Thomas Rousseau/Up To You
  • Thomas Rousseau/Up To You


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre