- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Les écoles d’équitation s’inspirent du milieu agricole


14/02/2019
    
Depuis septembre 2018, la Direction Régionale de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) a validé le premier dossier GIEE* Equin.


Ses caractéristiques : un nom Hipparc Collectif Économie et Environnement


Des membres Fondateurs : Cinq dirigeants de Centres Equestres de la Région BFC et évidemment des objectifs et un projet de travail pour les atteindre et ce, dans le cadre précis, exigé par le statut GIEE, de triple performance dans les domaines économique, environnementale et sociétale.


Ces trois axes de travail doivent répondre au constat commun aux cinq fondateurs : l’obligation aujourd’hui de modifier ou consolider les pratiques actuelles pour s’adapter aux nouvelles exigences économiques et environnementales d’aujourd’hui.


Grâce à la prise en charge des journées de formation GIEE de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire par le CRE BFC, Hipparc Collectif Économie et Environnement a vu son travail récompensé par l’agrément de la DRAAF BFC.


Des actions majeures sont déjà lancées :


- Développement du label Hippac étoiles et évaluation étoilée des Écoles d’Équitation pour éclairer le public sur les pratiques de chaque structure en matière de Bien-Être animal, Pédagogie, Planète, Compétitivité.


Et ainsi soutenir et inciter les Écoles d’Équitation à progresser quotidiennement et augmenter leur rentabilité.


- Sensibilisation et mobilisation de la clientèle clubs, compétiteurs, publics, scolaires, à s’engager dans une démarche environnementale quotidienne. Tri, réduction de la consommation du plastique, diminution des déchets.


- Optimisation des prairies, bilan et gestion des sols, valorisation du fumier.


L’ensemble du projet est planifié sur cinq ans, et chacun des membres Hipparc Collectif est en charge d’une thématique.


La volonté de la Filière Équine est claire, s’engager et défendre l’enjeu de l’agroécologie, aux côtés de tous les acteurs, de toutes les filières, favorables à la transition énergétique et se donnant les moyens d’y parvenir.


Et enfin, parce que l’ambition de Hipparc Collectif est l’efficacité, les évaluations et avancées autour des axes stratégiques seront régulièrement partagées.


Pourquoi un giee ?


Le monde change et implique l’obligation d’évoluer et d’adapter les pratiques actuelles aux nouvelles exigences de l’avenir. Et pour s’adapter il faut analyser, anticiper et savoir définir les nouveaux moyens à mettre en oeuvre pour se développer.


Le Groupement d’Intérêt Économique et Environnemental répond à cet objectif en fixant la triple performance à atteindre : économique, sociale et environnementale.


Et c’est donc dans ces trois directions que le GIEE Hipparc Collectif Économie et Environnement travaille depuis de longs mois pour établir le plan d’actions visant à modifier, consolider, améliorer les modes de fonctionnement actuels de la filière pour mieux exister demain, et se développer dans un contexte économique, environnemental, sociétal qui se modifie. Tout comme la filière cheval.


Comment ?


La réflexion, structurée par le statut d’un GIEE, a permis aux cinq membres fondateurs de Hipparc Collectif Économie et Environnement, appuyé par la Chambre d’Agriculture de Saône et Loire et soutenu par le Comité Régional d’Équitation BFC de définir les actions suivantes :


- Définition du programme : Hipparc Étoiles, École d’Équitation


Ce programme encadre la stratégie Économie pour Hipparc Étoiles.


- Définition du programme environnemental et social :


• Sensibilisation et mobilisation de la clientèle clubs, compétiteurs, publics, scolaires, à s’engager dans une démarche environnementale quotidienne. Tri, réduction de la consommation du plastique, diminution des déchets.


• Optimisation et gestion des prairies, bilan des sols et valorisation du fumier.


Ces deux programmes permettent ainsi de mettre en place des pratiques innovantes et de développer de nouveaux modèles économiques et environnementaux.


Grande première pour les établissements équestres


Les Centres Équestres, volontaires, peuvent aujourd’hui être notés, étoilés et classés. Le moyen imparable pour les cavaliers et futurs cavaliers de savoir s’ils fréquentent un club respectueux du bien-être animal, de l’environnement et offrant une pédagogie de qualité au sein d’un outil de travail performant.


Une méthode pour choisir en connaissance de cause son centre hippique.


Cette démarche novatrice, née en Bourgogne-Franche-Comté s’appuie sur le programme HIPPARC, du nom du chef de cavalerie de Xénophon, écuyer écrivain grec, qui en 430 avant JC avait déjà posé les bases d’une équitation et d’une relation respectueuse entre l’homme et le cheval.


Si le label de la Fédération Française d’Equitation protégeait déjà les pratiquants de structures fonctionnant dans l’illégalité, (pas de diplômes d’état pour les enseignants par exemple), l’insécurité, ou un règlement sanitaire contourné… les Étoiles d’Hipparc renseignent désormais sur les qualités humaines, professionnelles et structurelles complétant ainsi le profil de chaque établissement équestre.


« L’enjeu est d’importance » précise Hervé de La Selle, Président du Comité Régional d’Équitation Bourgogne-Franche-Comté, lui-même dirigeant de club et à l’initiative du projet.


Hipparc étoilé : un label testé


Quel que soit son objectif, loisir ou compétition un centre équestre doit acquérir une technique de base, adaptée à la sécurité et à une juste utilisation du cheval ou du poney, condition incontournable à la progression et au plaisir de monter ainsi qu’au respect de l’animal.


C’est donc primordial de distinguer les établissements s’efforçant de défendre chaque jour ces valeurs, en transmettant la connaissance, le savoir-faire, le respect du cheval, le sens des responsabilités et en s’engageant eux-mêmes dans cette démarche de progression et formation continues, gage de qualité pour tous. 


Cette réflexion de fond a donc incité le Comité Régional d’Équitation de Bourgogne Franche-Comté à mettre en oeuvre le programme Hipparc Étoiles, action bien accueillie par le public évidemment, mais également par les professionnels.


Il aura fallu pas moins d’un an de travail pour, établir la grille d’évaluation et définir ses 65 critères de notation, créer un schéma type des points forts et faibles assorti d’un tableau de propositions de pistes à améliorer.


Quatre mois après son lancement Hipparc Etoiles réunit déjà une vingtaine de clubs en Bourgogne, évalués ou en cours d’évaluation dont la liste est disponible sur le site du CRE BFC.


Les Sports Équestres deviennent ainsi la première Fédération sportive à évaluer et classer les prestations des Ecoles d’Equitation afin que chacun puisse mieux choisir où bien monter à cheval ou à poney.


Hipparc Collectif s’engage à sensibiliser la clientèle des Centres Équestres, le public lors de manifestations, les scolaires dans des cycles d’apprentissage, à l’urgence d’abandonner les mauvaises habitudes environnementales au profit de bonnes pratiques.


Les actions retenues pour 2019 s’articulent autour de la communication et de la diffusion de produits pérennes ou recyclables.


Rappel et Affichage dans les clubs des consignes à suivre pour économiser l’énergie.


Sensibilisation des publics


Il s’agit là de mettre en place et institutionnaliser concrètement les fondamentaux de l’agro-écologie et rétablir les cycles naturels de la production agricole.


Le premier fondamental retenu pour 2019 est le développement des synergies entre producteurs locaux et Centres Équestres.


Contrats signés avec les agriculteurs de proximité concernant l’échange, la vente, de foin, paille, fumier.


Deuxième fondamental retenu : la restauration de la fertilité des prairies et paddocks.


En conclusion, grâce au GIEE HIPPARC Collectif, le secteur Écoles d’Équitation BFC de la filière est prêt à travailler concrètement sur de nouvelles pratiques agro-écologiques, économiques et sociétales.


Évolution incontournable, que tout responsable se doit d’accompagner ou d’initier.


* GIEE : personne morale dont les membres portent collectivement un projet pluri-annuel de modification ou de consolidation de leur système ou mode de production agricole et de leurs pratiques agronomiques visant une performance à la fois économique, sociale et environnementale.


Qui, Pourquoi, Comment ?


QUI ? Cinq exploitants agricoles, dirigeants d’Écoles d’Équitation.


Côte d’Or :


Laetitia Puccinelli, Centre Équestre La Bergerie, Juillenay


Nombre de chevaux / poneys : 57 équidés


Superficie des installations : 2 hectares


Surface Agricole Utile : 40 hectares


Nièvre :


Anne Pinet des Écots, Écurie des Écots, Nevers


Nombre de chevaux / poneys : 55 équidés


Superficie des installations : 9 hectares


Surface Agricole Utile : 10 hectares


Saône et Loire :


Jean-Yves Ermann, Centre Équestre de Chevagny les Chevrières, Mâcon


Nombre de chevaux / poneys : 60 équidés


Superficie des installations : 2 000 m2 couverts


Surface Agricole Utile : 23 hectares


Hervé de La Selle, Manège de la Tuilerie, Dracy le Fort, Châlon-sur-Saône


Nombre de chevaux / poneys : 57 équidés


Superficie des installations : 2 hectares


Surface Agricole Utile : 34 hectares


Yonne :


Florence Alix, Centre Equestre de Villefargeau, Auxerre


Nombre de chevaux / poneys : 55 équidés


Superficie des installations : 3 hectares


Surface Agricole Utile : 11 hectares


Et un constat commun : 


comment s’adapter à un monde qui change vite !



A lire aussi : Bourgogne



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°316 du 19 Juillet 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre