- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Itinéraire d’un enfant terrible de la French Riviera

  • Michel Robert, Alain Hinart, Fred Cottier et J-M Costamagna à Marseille en 1977
    Michel Robert, Alain Hinart, Fred Cottier et J-M Costamagna à Marseille en 1977
L’enfant terrible, c’est Jean-Michel Costamagna. Pas terrible au sens premier du terme, effrayant, mais au sens familier d’étonnant. Sa vie tient plus de l’impétueux torrent que du long fleuve tranquille. Ce chef de clan, comme il se décrit, créateur d’événements avec sa famille et ses amis, est toujours dans le mouvement en avant.



Son pays c’est le Sud, le nord de la Méditerranée, avec sa faconde toute méridionale sentant bon l’Italie où sont ses racines. Né à Nissa la bella, Jean-Michel a toujours vécu au milieu des chevaux. Grand-père, grand-mère, oncles, tantes, toute la famille montait à cheval et fréquentait l’hippodrome de la Côte d’Azur. C’est d’ailleurs là, avec sa grand-mère qui allait aux courses, qu’il eut ses premiers émois équestres et il n’est pas peu fier, au détour d’une conversation de préciser qu’il a gagné 10 fois à Villeneuve-Loubet le Grand Prix José Costamagna dédié à la mémoire de son père, cavalier lui aussi.


Doit-on voir en lui un organisateur d’événements ? « Non, rectifie-t-il, je suis un créateur d’événements. J’ai l’idée et avec moi j’ai des gens qui vont organiser ».


Arrivent évidemment les noms de Marie-Carol Feigenspan et Pierre Pagès lorsqu’on évoque le GPA Jump de Cagnes-sur-Mer. C’est son idée cette tournée du soleil qui, lancée quelques années plus tôt à Villeneuve-Loubet avec son complice de toujours, Laurent Gallice, s’est poursuivie sur l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer. Un site inédit, unique en France, dupliqué à Mons en Belgique où l’équipe du sud a été sollicitée pour créer l’événement.


L’enfant terrible vit sa vie à 100 à l’heure entre les chevaux, les concours, le commerce, la briqueterie fondée par son grand-père et le vignoble familial. Il a failli mourir deux fois dans des accidents de camion avec des chevaux. « Je suis un double miraculé. La dernière fois, près de Milan, il était 16 h et je me suis dit que c’était trop bête de mourir à 16 h…Le camion a failli basculer dans le Pô. Je m’en suis sorti indemne, les chevaux aussi. »


Deux rêves


Sa vie cavalière a largement mangé ses autres activités. Il fut marchand de chevaux dans Sud Cheval, associé à Laurent Gallice, propriétaire du domaine de Villeneuve-Loubet revendu à M. Herck. Son parcours sportif à haut niveau lui a fait rencontrer tous les cracks cavaliers de sa génération. L’époque, festive, était aux Coupes. « J’ai eu la chance de gagner la Coupe de Béziers, la Coupe de Luchon. Je pense avoir gagné un bon millier d’épreuves. J’ai commencé à monter à Villeneuve-Loubet. C’est toute l’histoire de ma vie Villeneuve-Loubet. J’ai eu deux rêves que j’ai réalisés. C’était 1 : être à Villeneuve-Loubet où je montais à cheval et très attaché à M. Boucan qui montait les chevaux de mon grand-père. Quand M. Boucan a quitté Villeneuve, je m’y suis installé. Le second était d’organiser un jumping sur l’hippodrome de Cagnes. Je l’ai fait. »


Le clan Costamagna s’est formé à Villeneuve-Loubet avec entre autres Laurent Gallice dont le père était cavalier, Stéphane Spriest, le complice des campagnes corses, Jean Gallo, Francis Pauly qui lui a « ouvert » les portes de l’Italie. Il y a aussi François Forcioli-Conti, l’ami de toujours. « Jean Gallo est un ami de 30 ans, un fidèle parmi les fidèles. Que de bons moments nous avons passé ensemble. Le poker, c’était notre passe-temps préféré en concours. Le projet de Cagnes fut très long à mettre en route. Equi Events puis Sport Event Organisazion pour le CSI de Mons ont été créés. Le nom de GPA jump est venu lors d’une rencontre avec Michel Finquel à San Remo. Je lui parle du projet de CSI sur l’hippodrome et il me dit ok, je te suis, ce sera le GPA Jump. Voilà l’histoire.


Grâce à Pierre Rollin qui montait à cheval avec moi, le domaine de Barbossi a rejoint les partenaires.


Aujourd’hui, je ne suis plus dans l’organisation. C’est l’affaire de Marie-Carol et de Pierre. Je reste propriétaire d’une convention de 10 ans avec l’hippodrome, convention que j’ai louée en mars à mes amis qui ont travaillé avec moi. Ils viennent de conclure un partenariat avec Christophe Ameeuw, le propriétaire et organisateur des Masters Longines. C’est une belle évolution. Moi j’ai un rôle de « go-between ». Je serai là mais je n’organise pas. Je passe le flambeau à des gens qui ont toujours travaillé avec moi ».


Un roman…un film


Un demi-siècle d’intense activité sur les pistes défile au cours de notre conversation. « Je ne suis pas un coach mais je suis très à l’aise dans les relations publiques. J’ai beaucoup d’amis et je ne sais pas refuser. Parfois c’est compliqué. Les Italiens disent « Costamagna c’est un casino, magnifico casino » (casino= bordel…). Je suis le seul à avoir 40 cavaliers italiens sur mes concours ».


Dans l’ADN du cavalier Costamagna, il y a ses parrains des Habits Rouges (une autre époque), Marc de Ballanda, Pierre Doriola. Il y a aussi Marcel Rozier, les Sisqueille, Philippe Talamona, Fred Rivet, Guy Martin, Philippe Léoni, Feracci, le navigateur Philippe Monnet.


Sa vie défile sur le tempo d’un film de Lelouch, toujours au soleil du sud, sur un fond musical à la Francis Lai. Un roman, cette vie.


Alors « la Costa mania » va-elle s’arrêter avec le GPA Jump ? « Sûrement pas. J’ai toujours des projets. Du lourd. Un film entre autres directions. Je suis dans l’écriture d’un scénario avec le sud au milieu évidemment, avec des histoires d’hommes et de femmes. Du clé-en-main pour Guillaume Canet (Rires).


Je voudrais aussi organiser un concours à Capri. J’ai un terrain en vue. C’est mon clin d’œil à la Corse. Quand tu prends le bateau avec tes amis, les chevaux, les grooms, il se crée une ambiance pas possible qui fait un peu circus. Et le champion du circus, c’était Fred Rivet. J’ai de très bons souvenirs de Corse avec Guy Martin notamment ».


La saga Costamagna continue. L’enfant terrible de la French Riviera nous réserve encore de belles surprises.


Etienne Robert


28/03/2019

Les dernières minutes

24/02/2020

3 ans : un champion lorrain Hors Norme

21/02/2020

Etalons : acte 1

20/02/2020

Cannes, rendez-vous des stars du saut d'obstacles

21/02/2020

Agenda des concours en France du 21 février au 13 mars 2020

21/02/2020

Les internationaux du week-end

20/02/2020

Rencontre avec Axelle Courdurié

20/02/2020

Montpellier***, 4e !

Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre

Actualités régionales

Les petites annonces

Toutes les annonces équestres avec Equirodi

Je dépose une annonce