- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Santé et sécurité au travail


14/12/2016
    
La 7e édition du Colloque du Conseil des Chevaux de Normandie s’est déroulée jeudi 24 novembre en présence de 150 participants et intervenants de qualité. A destination des professionnels, ce colloque technique abordait la question de la santé et la sécurité au travail et des enjeux pour l’exploitation équine. 


Après l’accueil des participants assuré par les étudiants de la Licence Professionnelle Management et Gestion des Entreprises de la Filière Cheval, vers 9h30, François Burlot, Maire adjoint aux sports de Cabourg a prononcé un discours de bienvenue. Il a réaffirmé l’intérêt de Cabourg à accueillir des évènements autour du cheval (l’hippodrome de Cabourg ayant connu un succès lors du meeting estival). 


La présidente de la MSA des Côtes Normandes, Sylvianne Pralus a pris la parole en ouverture du colloque.


Elle a tout d’abord fait le constat que le nombre d’accidents du travail reste élevé mais constant sur ces dernières années malgré l’augmentation du nombre d’actifs. 


Elle a précisé que la durée moyenne d’un arrêt de travail est de 60 Jours pour notre filière (handicapant pour le gérant d’une structure équestre afin d’assurer un remplacement). 


Sylvianne Pralus a ensuite présenté le Plan SST de la CCMSA pour la période 2016- 2020, comme une opportunité à destination des actifs de notre filière sur la préservation de leur santé au travail.


Un message positif, Sylvianne Pralus a précisé que le nombre de salariés de la filière équine sur le département du Calvados a dépassé le nombre de salariés agricoles pour ce même département. 


Ensuite, le docteur Pouzet de la MSA des Côtes Normandes, a informé qu’une prochaine étude portera sur l’évaluation des concentrations de poussières inhalables et de leurs compositions (endotoxines, bactéries, pollens, moisissures....) 


L’objectif étant de mesurer les effets respiratoires des palefreniers. 


Le Conseil des Chevaux de Normandie, élu à la MSA des Côtes Normandes, s’engage aux côtés de la MSA pour mener cette étude pour rechercher de structures équestres tests. 


Dans le cadre de la mise en place du Plan SST, le CCN se propose aux côtés des MSA de mener des actions à destination des professionnels sous forme de formations, journées d’informations... 


Des expositions sur les symptômes 


Intervenante suivante, Martine Hausberger, chercheuse au CNRS Rennes - laboratoire d’éthologie animale. Elle a insisté sur la nécessité de développer le sens de l’attention et de l’observation des actifs autour des chevaux afin d’anticiper les risques d’accidents en mettant en garde sur la routine qui peut être source d’accidents. 


Enfin, elle a précisé que l’agressivité et les comportements anormaux des chevaux peuvent être diminués si l’on redonne une vie sociale et des hébergements adaptés aux chevaux favorisant les déplacements et les contacts avec les congénères. 


Karim Laghouag


En fin de matinée, les participants ont entendu le témoignage du champion Olympique de Rio 2016 par équipe en Concours complet d’équitation, Karim Laghouag sur l’entretien permanent de la santé du cavalier. 


A ses côtés, le médecin de l’équipe de France Eric Favory a mis en avant l’importance de l’entrainement du cavalier avant des compétitions majeures telles des olympiades. Pour Karim Laghouag, cela se traduit au quotidien par un échauffement progressif et des étirements en fin de journée. 


Karim a insisté sur l’importance pour ce sport à haut risque d’être équipé d’Equipements de Protection Individuelle (Casque et Gilet).


Des innovations notables sur les gilets ont été présenté par la société RXR Protect, basée en Normandie, qui utilise le système cousin d’air protégé par un brevet international. 


Le champion olympique a donné rendez-vous pour les JO 2020 au Japon. Avant la pause déjeuner, Karim Laghouag s’est prêté au jeu des selfies et dédicaces avec le public. 


L’après-midi était consacrée à des interventions en lien avec la question du maintien dans l’emploi malgré le handicap, avec une présentation partagée entre le médecin du travail Marc Mouton MSA MOS et Emmanuel Daube de l’AGEFIPH.


Ils ont présenté l’accompagnement réalisé auprès d’un actif reconnu travailleur handicapé suite à un accident du travail. 


En dernière partie du colloque, des outils ont été présentés pour à la fois réduire la pénibilité des tâches et améliorer le confort des chevaux. 


Arnaud Lallemand – Equin Plus a présenté le concept de l’écurie active qui remplit pour partie les besoins fondamentaux des chevaux : grégarité, alimentation en continue et gérée individuellement, déplacements libres, vie sociale. 


Un concept qui selon le témoignage d’un utilisateur, Pascal Frotiee, limite les risques d’accidents au contact des chevaux (3/4 des accidents du travail surviennent au contact des chevaux selon les chiffres MSA)


Selon lui, l’écurie active présente l’avantage de diminuer le temps de travail pénible par la mécanisation de certaines taches (curage, distribution du foin et concentrés par des automates...) et ce pour un prix d’investissement quasi identique à une écurie classique selon un mode d’hébergement en boxes. 




A lire aussi : Basse Normandie



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheva n°311 du 12 Avril 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre