- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

La voltige tricolore brille en s’offrant les trois métaux

  • L’équipe : Manon Moutinho, Jacques Ferrari, Vincent Poulain, Romane Biardeau, Flora Pires, Anthony Bro-Petit. (Photo Pascale Vacher)
    L’équipe : Manon Moutinho, Jacques Ferrari, Vincent Poulain, Romane Biardeau, Flora Pires, Anthony Bro-Petit. (Photo Pascale Vacher)
Les Championnats du Monde seniors et d’Europe juniors ont permis à la France de faire une belle récolte au Pôle Européen du Cheval. Avec deux médailles d’argent, une de bronze et une d’or pour l’équipe, les tricolores s’invitent parmi les meilleures nations.


La médaille d’argent de Ludo Campïon chez les juniors aura libéré la délégation tricolore de la pression. C’est sans stress et comme au premier jour de compétition que Vincent Haennel s’engageait sur la piste pour son dernier passage. Un libre sur le thème de Napoléon que le voltigeur de l’est de France connaît sur le bout des doigts. « Je venais pour faire les meilleurs passages possibles. Et au fil des tours, c’était très serré entre les voltigeurs. Je ne pouvais pas mieux faire. Je me suis fait plaisir. Je n’ai jamais eu de pression. J’ai fait un bon imposé, un premier libre moyen et un bon technique, le meilleur sans doute que je pouvais faire » expliquait Vincent. Puis le voltigeur explosait sur son dernier libre (8,694) devançant Jannis Drewel, le champion d’Europe et meilleur mondial. « Je suis reparti à zéro car tout le monde pouvait gagner. Je ne me suis pas posé de question » terminait le Tricolore qui avouait avoir versé, pour la 1re fois, une larme.


Lambert Leclezio, champion du monde


Sixième des Jeux Equestres Mondiaux de Caen, le jeune prodige de la voltige avait déjà fait illusion en 2014. En France depuis moins d’un an, coaché par Jacques Ferrari, le jeune Mauricien a travaillé dur sur le cheval réserviste de l’équipe Noroc, à peaufiner ses programmes. Après deux passages (imposé et libre), il dominait les débats devant Clément Taillez et l’Allemand Daniel Kaiser.


Mais la pression d’être premier au classement le déstabilisa et il déchanta sur le technique. « Le cheval a fait une accélération au début programme car il était tendu. Rien ne s’est passé comme on voulait. Et après, toute la pression est retombée. Puis je me suis dit, on s’est entraîné toute l’année, on ne va pas rester sur une déception. Alors on va s’amuser et je pensais que le vainqueur serait celui qui allait tout donner. C’est ce que j’ai fait » expliquait Lambert qui à l’annonce de sa victoire tomba dans les bras en larme de sa longeuse, SandraTronchet.


Habitant Le Mans, Lambert s’invite donc parmi l’élite mondiale de la voltige. Et donne un bon coup de balai au monopole allemand. Après son sacre, il va mettre la discipline en veille pour reprendre des études de kinésithérapeute à la faculté du Mans. Français de cœur, il va entamer les démarches pour concourir pour la France, lui qui est binational. « Je ne veux pas renier l’île Maurice, car j’y ai vécu jusqu’à 18 ans, mais en devenant Français, je vais pouvoir bénéficier du soutien de la Fédération Française et m’entraîner au sein d’une vraie structure ».


L’équipe Noroc s’envole avec l’or


L’équipe Sarthoise Noroc est devenue sur ses terres d’entraînement, championne du monde par équipe détrônant l’Allemagne. Une première historique.


Jacques Ferrari et toute l’équipe de Noroc auront offert au public venu nombreux un spectacle de haute volée. Durant quatre minutes, sur le thème de l’envol, les voltigeurs se déhanchaient et réalisaient les figures les plus osées sur un cheval au galop. L’émotion pouvait se lire sur chaque expression.


« Ce projet a deux ans. Il a été vite mené. Et de fait ça n’a pas été simple. Mais le stage de préparation au Pôle France à Saumur nous a permis de créer cette symbiose qui manquait un peu. C’est une belle histoire car on partait de loin avec des gens qui n’étaient pas au niveau international. La motivation a été grande. On n’a pas besoin des meilleurs pour faire une équipe, on a besoin d’être meilleurs ensemble » expliquait Jacques Ferrari.


Davy Delaire aux anges


« C’est historique pour la France » enchaînait Davy Delaire, le sélectionneur national. « Tous ont déroulé le programme parfait. On savait que tous pouvaient faire de belles choses. Il y a une belle connivence. En 2012, ca a marché, aux Jeux équestres aussi et aujourd’hui encore. Nous avons une belle équipe de France avec des gens attachants et pugnaces ».


Les classements :


Les podiums des Championnats d’Europe juniors


Junior hommes : 1. K. Näser (Ger), D. Marquart, Cyrano 147, 7,479; 2. L. Campïon (Fra), F. Sivar, Ipsos d’Ecotay, 7,459; 3. L. Hüsgen (Ger), E. Simon, Smarti 11, 7,443.


Juniors femmes : 1. M. Xanter (A. Blatz), Luigi 198, 8,147; 2. F. Peitzmeier (Ger), A. Brinkmann, Dorian Gray SN, 7,853; 3. H. Steverding (Ger), D. Marquart, Cyrano 147, 7,707… 9. C. Dhommeau (Fra), S. Tronchet, Quiece d’Aunis, 7,115.


Pas de deux : 1. D. Harwardt & J. Kögl (Ger), H. Falk, Longinus 4, 7,989; 2. A. L. Fraser & M. L. Fraser (Esp), D.Fraser, Simbal, 7,239; 3. C. Köpke & L. Maurer (Aut), L. Kalcher-Prein, Louis Bonheur, 7,143


Equipes : 1. Suisse, M. Degiorgi, Livanto Cha Ch, 7,610; 2. Allemagne, A. Dietrich, Celebration 38, 7,582; 3. Autriche, K. Asmera, Darwin 5, 7,32.


Les podiums des Championnats du Monde seniors


Seniors hommes : 1. L. Leclezio (Mri), S. Tronchet, Quiece d’Aunis, 8,135; 2. V. Haennel (Fra), F. Holzberger, Quartz D’Olbiche, 8,127; 3. J. Drewell (Ger), S. Drewell, Diabolus 3, 8,117.


Seniors femmes : 1. J. Lindner (Aut) K. Haidacher, Dr. Doolittle 5, 8,212; 2. K. Boe (Ger), W. Schlüter, Don de la Mar, 8,108; 3. A. Cavallaro (Ita), N. Vidoni, Monaco Franze 4, 7,992.


Pas de deux : 1. J. Lindner & L. Wacha, K. Haidacher, Dr. Doolittle 5, 9,084; 2. J. Derks & J. Kay, A. Hartl, Holt’s Romeo, 8,435; 3. Lucie et Simon Chevrel (Fra), E. Nousse, Rayo de la Luz, 8,370.


Équipe : 1. France, S. Tronchet, Wizner, 8,343; 2. Allemagne, A. Hartl, Lazio 9, 8,260; 3. Autriche, M. Lehmann, Alessio l’Amabile, 8,159.


Les réactions


Ludo Campïon, médaillé d’argent junior


« Je suis super-content. Les deux semaines de stage de préparation m’ont fait avancer. Le travail avec les entraîneurs, le chorégraphe a été bénéfique. J’ai réussi mes quatre passages certes avec quelques erreurs entre autres sur les imposés » reconnaissait le jeune médaillé.


Lucie et Simon Chevrel, médaillés de bronze en pas de deux senior


« C’est le meilleur scénario possible car il y avait beaucoup de concurrence. Nous avons fait une bonne première manche. Alors on s’est dit on ne lâche rien. On s’est beaucoup entrainés dans cet objectif sachant que nous avons changé de cheval plusieurs fois depuis le début de l’année. Nous voltigons avec ce cheval (Rayo de la Luz) depuis avril. Nous avons confiance en lui et il nous a donné confiance en nous. Nous avons sorti deux libres avec certes des petites erreurs. Nous avons modifié la musique de fin sur le second libre car nous avions une musique tonique et on nous a demandé de mettre plutôt une musique douce et lente qui a séduite et qui est dans le thème ».


Davy Delaire, un chef d’orchestre heureux


« Un point d’orgue c’est que tous les voltigeurs ont tous déroulé comme ils savaient le faire et ils ont tous supporté cette pression du fait d’être en France. Chacun a été chercher sa performance que ce soit Vincent Haennel, le pas de deux, l’équipe bien évidemment et Ludo chez les juniors. Cette médaille d’or par équipe est historique. Le travail depuis deux ans a été monstrueux. On peut féliciter les athlètes et les familles qui les accompagnent car ils ont véçu pendant deux ans des choses délirantes en terme de charge de travail et de répétitions.


Trois questions à Véronique Girard, la présidente du championnat du monde senior de voltige.


Votre sentiment général sur ces championnats du monde ?


Véronique Girard : « c’est une vraie réussite. A la fois pour le site mais aussi au niveau des voltigeurs et l’évolution, que ce soit chez les juniors comme chez les seniors. Une belle compétition avec de la belle voltige ».


Les surprises, les déceptions ?


VG. « Des surprises en tant que Française, oui avec le junior Ludo Campïon, le pas de deux et la récompense du travail et avec un peu de chance pour les individuels hommes et surtout l’or pour l’équipe. Déception chez les femmes, on n’arrive pas a être au niveau. Je suis sûre que la relève va arriver. L’argentine et la Colombie ont été une belle surprise. Les équipes sont sur le circuit depuis peu et ont déjà le niveau. D’ailleurs toutes les équipes avaient leur place. L’Allemagne n’avait pas la même équipe que l’année passée. Elle avait dominé. Mais c’est bien, il faut que cela évolue et change ».

26/08/2016

Actualités régionales

Les petites annonces

Toutes les annonces équestres avec Equirodi

Je dépose une annonce