- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Valence : de Gaudiano à Bosty


12/09/2019
    
Premier week-end, chef de piste Uliano Vezzani, vainqueur du GP 3* Emanuele Gaudiano.
 , Second week-end, Chef de piste Grégory Bodo, vainqueur Bosty.
 , Une fois à l’Italienne, une fois à la Française. C’est un pur hasard.
 , Sadri Fegaier, l’organisateur du jumping de Valence, n’est pas qu’une personnalité de Romans-sur-Isère. C’est aussi un personnage de roman. Une sorte d’anti Gatsby-le-magnifique, ce personnage richissime et mirobolant du New York des années folles, sorti de l’imagination de Francis Scott Fitzgerald. A la différence de Gatby, Sadri, qui n’en est pas moins magnifique, n’organise pas de fastueuses fêtes pour éblouir la femme d’un héritier millionnaire, mais pour la passion du sport équestre que lui-même pratique. Son jumping est une fête et la Drôme des Collines, son écrin.


Reste que le spectacle fut beau, dans un cas comme dans l’autre. Les jeunes talents ont côtoyé les vedettes du grand sport. En plein championnat d’Europe, labellisé 3 et 4*, le jumping de Valence a attiré une fois de plus une large palette d’internationaux.


Récent vainqueur du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle, deux fois vainqueur du GP de Valence, ancien N°1 mondial (juste après Simon Delestre) l’Américain Kent Farrington n’a pas réalisé le hat-trick. Un caprice à 4pts de… Kaprice l’ayant exclu du barrage. L’ultime confrontation a tourné à l’avantage du cavaliere Emanuele Gaudiano/Chalou. Magistral, ce tour très subtil concocté par son concitoyen Uliano. Derrière lui l’Irlandais Michael Duffy/Egalini et Emeric George/Chopin des Hayettes. Gaudiano avait remporté la veille la 6 barres avec Galgary 87 devant Nicolas Bost/Tesway de la Batia et Guillaume Roland Billecart/Chaccare.


La 150 qui précédait fut pour le cavalier-titre du haras des Grillons Carlos Lopez/G et C Arrayan (Baloubet du Rouet-Grannus) devant Mégane Moissonnier/Uhlan Okkonut. Mégane qui fut de tous les classements durant cette semaine.


Jacques Helmlinger/Amiral Barenrain (Diamant-Papillon Rouge) récent vainqueur du GP de Lure et du GP1* de Lons s’adjuge la 130 avec ce cheval né chez lui.


Simon Delestre/Chadino, Michel Hécart/Solero MS, le Belge Peter Clemens/Caldero ont signé les principales victoires.


Associé à Sangria du Coty, le cavalier qui porte haut les couleurs de Hubside, Bosty signe le plus rapide des trois double sans-faute sur sept couples qualifiés pour le barrage du GP 4*. Il devance le Colombien Daryo Arroyave, associé à Jimcy du Lys (Baloubet du Rouet), un cheval que le cavalier ne monte que depuis… une semaine. A la troisième place, le Brésilien Yuri Mansur, en selle sur Casantos.


Benoit Cernin avec Vackanda de Lojou, Uitlanders du Ter et Unamour du Suyer avait ouvert la semaine en fanfare. Michel Robert/Emerette gagne le GP3* devant Larocca/Finn Lente et P. Delaveau/Silver Deux de Virton.


Pour Sadri Fegaier, président de l’Hubside Jumping International de Valence, « ces deux semaines ont permis de présenter au public, venu nombreux, un sport à son meilleur niveau, et ce gratuitement ». Il a chaleureusement félicité son ami, Bosty, avec lequel il participe, en tant que cavalier, à la Global Champions League, au sein de l’équipe Chantilly Pegasus. Il a surtout annoncé le retour, pour l’Hubside Jumping International de Valence, du label 5* dès l’année prochaine : du fait de la concurrence avec le Championnat d’Europe de saut d’obstacles de Rotterdam, l’Hubside Jumping International de Valence n’avait pas pu obtenir ce label en 2019, malgré une dotation inchangée. En 2020, le Haras des Grillons, au cœur de la Drôme des Collines, retrouvera donc ses 5* et conservera l’ambiance chaleureuse que tous les cavaliers lui reconnaissent.


E. R.


Sadri Fegaier, l’anti Gatsby…


C’est là qu’il a vu le jour, à Romans-sur-Isère, fréquenté l’école de la République puis quelques années-portables plus tard, devenu l’employeur N°1 de la Région après avoir créé la SFAM (Société Française d’Assurances Multirisques) en 1999. Un business florissant dans l’assurance affinitaire - celle qui couvre les produits en cas de détérioration ou de panne. Plus de 1 000 salariés à Romans et Roanne, une croissance de 2 400 %, un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2018, des projets de développement. La réussite de Sadri Fegaier est fulgurante et ce ne sont pas les remous concernant certaines méthodes de vente qui freinent l’ambition de cet entrepreneur et avisé homme d’affaires. Son groupe est valorisé à 1,7 milliard d’euros, propriétaire depuis février 2018 de 11,34 % du capital de FNAC- Darty. Complètement autodidacte, à peine âgé de 40 ans, il est dans le top 100 des patrons les plus riches de France et a reçu l’an dernier le prix de l’entrepreneur de l’année pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. L’activité du groupe s’étend sur une partie de l’Europe. Il vient de développer un nouvel axe de diversification avec Hubside, une société spécialisée dans la création de sites internet pour particuliers. Un partenariat a été conclu avec le PSG.


Hubside est le partenaire-titre de la série de concours internationaux qu’il a lancée cette année dans le Sud. Des concours remarquablement organisés, bien dotés qui font accourir aussi bien le gratin international que les cavaliers amateurs et de 1*. Cavaliers et chevaux y sont royalement traités, le public choyé. L’ambiance feutrée et distinguée de chaque événement en fait un moment d’exception.


Deux semaines de concours viennent de se terminer à Ratières, son domicile et siège du haras des Grillons, son haras, créé il y a moins de 10 ans lorsque sa compagne Claire Chaix, cavalière, lui a fait découvrir l’équitation et le CSO. Superbe domaine d’une trentaine d’hectares sur lequel il plante le décor de son incomparable « International de Valence ». Les pistes, comme celles de Grimaud sont l’œuvre d’Equi Plus. Tribunes, parkings, espaces VIP, restauration sont d’une rare qualité. Un mois de préparation pour chaque événement qui mobilise près de 400 personnes. La décoration, c’est aussi son dada. C’est lui qui dresse les plans et veille à leur bonne réalisation. A ses côtés, une spécialiste des concours internationaux, Eleonora Ottaviani, a boosté ses événements dans le paysage mondial des places où il faut être.


En nocturne, six barres et spectacle de Lorenzo le 31 août se jouent comme en plein jour sous les feux des rampes avec des intermèdes flamboyants tel un feu d’artifices de lumières. Grandiose. Et unique.


Etienne Robert


Bref entretien avec Sadri, entre détente et piste


Votre passion pour le cheval c’est récent ? 


« C’est récent puisque je jouais au football avant. Il y a 9 ans maintenant que je monte à cheval. C’est ma compagne Claire Chaix qui au départ m’a mis au départ à cheval puis au CSO, donc voilà j’ai commencé comme ça. Carlos Lopez nous a rejoints il y a 7 ans et il a pu me faire évoluer jusqu’ à ce haut niveau ».


L’activité du haras des Grillons n’est pas tournée vers l’élevage ?


« Non, pas du tout. En fait on achète des jeunes chevaux, on a une partie élevage bien évidemment, mais surtout on achète des jeunes chevaux et on les forme ici au haras, avec bien sûr Carlos Lopez et ma compagne Claire Chaix qui est responsable des écuries. On a une vingtaine de salariés maintenant et 35 à 40 chevaux parmi lesquels quelques étalons, dont Giovanni de la Pomme que je vais ressortir en octobre et quelques poulinières. On a surtout de très bons chevaux de sport de très haut niveau, pour faire du 5* et vraiment on essaie d’être au maximum de la qualité. Donc ce qu’on recherche c’est le top niveau ».


Qu’est qui vous emmené à organiser ces magnifiques événements ?


« C’est la 5e édition du Jumping de Valence qu’on organise ici. C’est un des plus beaux jumpings internationaux. C’est vrai que le fait d’avoir une passion, ça aide. On faisait beaucoup de concours au niveau national ou semi-international et l’idée est venue « pourquoi pas ici dans la région ? » : on a une très belle région, on a de très belles installations, donc pourquoi ne pas profiter de ce site pour organiser un beau concours. Ça s’est fait comme ça, et puis maintenant voilà on essaie de faire au mieux pour avoir la qualité optimale au niveau des chevaux et puis aussi du sport.


Cette année on a commencé à St Tropez-Grimaud, dans le Golf de St Tropez. C’est le double de Ratières en superficie avec une carrière qui fait 120 x 80 m. On y organise aussi du très beau sport avec de très, très bons cavaliers aussi. Il y a une dizaine d’étapes sur St Tropez. Au calendrier, deux concours les deux derniers week-ends de septembre et deux autres week-ends au mois d’octobre ».


Les sponsors vous suivent ?


« Principalement aujourd’hui, les sponsors ce sont mes sociétés, mes marques, le groupe SFAM et puis également Hubside. Hubside est une société que j’ai dans le groupe. On y développe des sites internet qui sont gratuits et qui permettent une création à la carte. On a développé ça au niveau national et international, puisque le groupe aujourd’hui représente 7 millions de clients au niveau international. On développe nos produits, nos services en France, en Belgique, en Espagne, dans tous les pays européens. Les compagnies d’assurances qui nous aident également, comme MMA et Axeria qui sponsorisent le jumping ».


SFAM est un employeur important pour la région 


« 1 000 salariés sont présents sur Romans. Pour le groupe on sera bientôt 2 000 avec l’Espagne. On se développe assez fortement et on a encore beaucoup d’emplois à créer dans les années futures ».


Vous avez comme projet une tour à Romans ?


« Oui on a ce projet. Là on en est au 4e bâtiment aujourd’hui sur Romans où on a plus de 20 000 m2 de surface de bureaux. Il y a un projet d’agrandissement avec des futurs bureaux, un hôtel et des services pour les salariés. Ce sera un beau campus ».


Recueilli par ER




A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°318 du 13 Septembre 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre