- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Sous les sabots, la plage : le Club 55 s'attelle à la Loi Littoral


15/03/2019
    
Et Dieu créa Le Club 55 : c’est en 1955 que Bernard et Geneviève de Colmont, ethnologues et explorateurs, décident d'ouvrir le Club 55 et que débute l'histoire de ce lieu devenu aujourd'hui mythique. Tombés amoureux de cette plage déserte de Ramatuelle sur laquelle ils avaient décidé de s’installer en famille, l'endroit sert de décor à Roger Vadim pour le tournage de l’éternel film avec Brigitte Bardot « Et Dieu créa la Femme ». Depuis près de 65 ans, les pieds nus dans le sable, mais attaché au meilleur de la cuisine méditerranéenne et provençale, c’est le lieu incontournable où se retrouvent les amoureux de l’âme de la presqu'ile.

La Plage de Pampelonne, espace naturel remarquable !

La plage de Pampelonne a été qualifiée espace naturel remarquable.

Ce classement a eu pour conséquence la mise en place d’un schéma d’aménagement destiné à protéger de façon définitive la plage et l’arrière plage, tout en pérennisant les établissements qui s'y trouvent.

Ces nouveaux établissements attribués à la suite de la procédure de délégation de service public sont répartis en deux catégories.

Certains, installés principalement sur le Domaine Communal, peuvent disposer de constructions à caractère réversible, mais exemptés de démontage et remontage chaque année.

Les autres, sur le Domaine Public Maritime (DPM), ont une obligation de démontage et remontage annuel de telle façon que la plage soit totalement vierge pendant les 4 mois de la période hivernale.

Le Club 55 se trouve dans une situation particulière : son restaurant et son bar sont sur la propriété privée appartenant à la famille de Colmont depuis 1955 (d’où l’origine de son nom), et le reste de l’activité - bains de soleil, location de matelas et ombrages – ainsi que la boutique d’articles de plage et la petite structure de restauration légère - se trouvent sur le DPM.

Fidèle à sa tradition et aux valeurs qui ont guidé, depuis toujours, la famille de Colmont : « respect du lieu et de ses habitants », une démarche très écologique a été engagée.

Ce respect de la nature et du lieu a donc amené, comme par le passé, à n’utiliser comme matériau pour les constructions que du bois de récupération, notamment du bois flotté issu de la mer et des rivières ainsi que des bois déclassés provenant de l’agriculture et de chantiers.

Toutes les équipes concernées par cette construction, architecte, techniciens, charpentiers, menuisiers, constructeurs, meneurs de chevaux, manutentionnaires… sont des femmes et des hommes ayant une conscience du respect de la nature, de l’humain, et des animaux.

Pour pallier la contradiction écologique de la double occupation de l’espace (soit 8 mois sur la plage de Pampelonne et 4 mois dans un hangar pour le stockage durant la période hivernale), il a été choisi d'entreposer les éléments démontés en hiver dans les locaux d'une petite entreprise traditionnelle de voilerie et sellerie, Midi Voiles, à Cogolin.

L'utilisation de cet espace, de surface importante, permet donc d’éviter de construire ou d’acquérir des lieux à usage unique de stockage. 

Ainsi pendant les 4 mois d’hiver, mettant à profit la baisse d’activité saisonnière de Midi Voiles, les éléments de construction sont stockés sur des remorques fourragères, donc mobiles, permettant, si besoin est, de libérer à tout moment les planchers de la voilerie.

Traineaux et remorques tractés par des chevaux

Pour accompagner ces engagements écologiques, l’acheminement des matériaux et éléments préfabriqués des constructions de la plage se devait lui aussi d’être en parfaite harmonie avec la démarche globale.

Tenant compte de l’expérience acquise sur le domaine des Bouis à Ramatuelle et sur le domaine du Château de la Mole où est pratiquée une agriculture biologique avec l'aide de la traction animale pour tous les travaux de la terre, la décision a été prise d’utiliser pour l’acheminement les chevaux des deux domaines et leurs meneurs, épaulés par un ancien des Haras nationaux.

Par préoccupation du respect des animaux et afin que cette mission proposée aux chevaux reste, pour eux, un jeu et jamais une corvée, 4 chevaux sont prévus pour alterner l’effort et un programme quotidien est mis en place prévoyant des périodes de détente et de repos.




A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°313 du 17 Mai 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre