- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Rencontres de le Cense : le bien-être du cheval

Le Haras de la Cense a accueilli ses traditionnelles Rencontres. Pendant trois jours, professionnels et grand public ont pu assister à des démonstrations sous ateliers pédagogiques et des conférences. Retour sur ces tables rondes.


Scientifiques, éleveurs, écrivains, entraîneurs et cavaliers ont pu débattre sur différents thèmes autour du bien-être du cheval. Le vétérinaire Francis Desbrosse a parlé de bien-être et de bientraitance. « Aborder le bien-être pour un vétérinaire, c’est se baser sur l’environnement, l’état de santé, le comportement et la performance. L’état de santé est un bilan clinique plus une écoute afin d’établir un diagnostic et un pronostic. Un vétérinaire n’est pas qu’un exécutant, quand il y a des risques pour la santé du cheval ». Selon le Dr. Desbrosse, « une connivence s’installe même, elle correspond à un langage, on parle au cheval à la troisième personne pour calmer la douleur ». Un discours qui « parle » à Jean-Luc Force entraîneur de CCE. « Les trois tests de Michaël Jung aux championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle, un cavalier expérimenté qui a un un rapport fin avec le cheval. Si on veut exceller dans le sport, il faut recourir à des ressources internes, c’est-à-dire pas d’enrênements, c’est la relation homme cheval qui fait la différence». Chef d’équipe du Brésil et ancien entraîneur de l’équipe de France de CSO, Jean-Maurice Bonneau a livré son analyse sur l’éthique et les bonnes pratiques professionnelles. « Quand j’ai pris mes fonctions à la tête de l’équipe de France en 2000, j’ai mis en place trois mots : physique, technique, mental. Le rôle de l’entraîneur est d’amener chevaux et cavaliers vers le bien-être, les soigneurs sont très importants. Il faut essayer d’isoler les couples, en mettant à l’écart journalistes et propriétaires ».


L’après-midi avait notamment pour thème les préoccupations démocratiques. Serge Lecomte a répondu à Alain Vaisselle, sénateur de l’Oise à propos de la loi sur la sensibilité animale « qui a pour objectif d’harmoniser les codes civil, pénal et rural ». « Ne faites pas de textes qui nous concernent ! », lâche le président de la FFE à l’encontre des pouvoirs publics. Autre « saillie », celle de Philippe Audigé, président du GHN lors de la table ronde sur la prise en compte de connaissances en éthologie dans les pratiques équestres. « Les propriétaires se sentent pris en otage », citant par exemple la législation sur le transport des chevaux. « La plupart des structures équestres comptent un seul salarié. Les dirigeants et les enseignants sont les meilleurs VRP du bien-être animal ». Sur le bien-être animal, l’éthologue suisse Anja Zollinger ose la comparaison avec la France. « En Suisse, une ordonnance sur la protection animale existe depuis 2008, après une période de sensibilisation du public ».


Florence Robillard


22/10/2015

Les dernières minutes

09/04/2021

La FEI rend hommage au Prince Philip

09/04/2021

Grand National de Complet à Pompadour

09/04/2021

Le Jumping de Reims annulé

08/04/2021

Michel Robert : « Construire plutôt que détruire et critiquer »

Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre

Actualités régionales