- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

PAX Graphique : ce qu’il faut savoir


28/03/2019
    
Initié en 2015, le programme d’aide aux croisements du Groupe France Elevage a évolué vers une version améliorée et simplifiée : Le PAX Graphique. Joey Coulon, une jeune ingénieur passionnée d’élevage a rejoint le GFE il y a un an pour faire vivre ce programme en France comme à l’étranger. Le Cheval est allé à sa rencontre.


Par rapport au programme initial, et après deux ans de travaux pratiques, nous avons conservé 21 critères utiles pour prédire l’aptitude d’un cheval de sport ; 11 de morphologie, 3 de locomotion, 4 d’aptitude technique de saut, 3 de tempérament.


Tous nos étalons ont été évalués sur ces 21 critères. En les rapprochant avec les notes attribuées aux juments, le programme PAX restitue une image de la compatibilité pour chaque critère entre la jument et l’étalon ainsi qu’une évaluation globale du croisement envisagé.


En pratique, comment ça fonctionne ?


Sur le site www.gfeweb.com (onglet PAX Graphique), vous pouvez tester gratuitement l’outil, ou enregistrer vos juments dans votre compte personnel (toujours gratuit) pour pouvoir y revenir facilement.


Une fois votre jument évaluée, le programme vous suggère les étalons les plus compatibles dans leur globalité. Vous pouvez aussi l’interroger directement sur la compatibilité avec étalon en particulier. Le programme restitue alors une présentation graphique de compatibilité entre cet étalon et votre jument pour chacun des critères renseignés. Vous pouvez aussi comparer deux étalons en même temps, sur la même représentation graphique.


En ayant créé votre compte, vous pouvez interroger le programme « inversé » en lui demandant laquelle de vos juments a la meilleure compatibilité avec un étalon préalablement sélectionné.


Comment faire caractériser sa jument ?


Vous pouvez le faire vous-même en vous appuyant sur les aides proposées sur le site internet gfeweb.com. Vous pouvez aussi faire appel à notre aide.


La caractérisation morphologique peut se faire lors d’une tournée au passage de nos experts mais également à partir de photos prises à partir d’un cahier des charges précis. Pour les allures, le saut et le tempérament, nous pouvons utiliser des vidéos, mais la visite sur place est préférable.


Quel est votre rôle dans ce programme ?


Je fais partie des « pointeurs » qui vont sur le terrain caractériser gratuitement les juments des éleveurs qui le souhaitent, en France et à l’étranger. Je me déplace en concours d’élevage afin d’échanger avec les éleveurs et je participe à des rassemblements organisés à l’initiative d’associations d’éleveurs ou de centres d’inséminations. J’interviens aussi lors de conférences théoriques et pratiques pour expliquer le programme et aussi pour aider les éleveurs à caractériser eux-mêmes leurs juments du mieux possible.


Et ça marche ?


En 2018, j’ai caractérisé près de 1000 juments. Je me suis aussi déplacée en Belgique, en Roumanie, en Espagne et en Amérique du Sud. L’accueil est partout très favorable et dès que les éleveurs se sont familiarisés avec le concept du programme, il devient alors un outil précieux qu’ils utilisent avec intérêt. 


Vous pensez vraiment que cela permet de produire des bons poulains ?


Ce n’est évidemment pas une « baguette magique ». Le programme en lui-même ne prend pas en compte nombre de facteurs comme la généalogie, la notoriété, la robe, la fertilité… C’est un outil parmi d’autres qui permet de réfléchir et qui attire l’attention sur les points forts et faibles de chaque accouplement.


Chaque étalon a des forces ou des faiblesses, chaque jument aussi. L’éleveur devra d’abord réfléchir aux caractéristiques de sa jument qu’il veut renforcer et à celles qu’il veut améliorer. Le programme l’aidera à vérifier que l’étalon sélectionné a de bonnes chances de lui permettre d’atteindre ses objectifs. Il peut aussi l’éclairer sur les faiblesses possibles du croisement.


En mettant cet outil en place, le GFE fait preuve de transparence sur ses étalons et son souci est d’apporter un maximum de service aux éleveurs.


N’est-ce pas plutôt le rôle du Stud Book ?


Le GFE est une société composée d’éleveurs, il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’elle mette en place de tels services.


Le Stud Book a lancé un programme de caractérisation morphologique et de mesures d’accélérométrie ainsi que de génotypage d’un grand nombre d’individus : le programme SO GEN. A terme, cela permettra de mieux mesurer les relations entre la caractérisation et la performance et d’établir des diagnostics précoces de prédisposition au sport d’un jeune poulain.


Nos travaux sont complémentaires, nous nous appuyons sur ceux du Stud Book et nous sommes en contact avec eux pour leur fournir ce qui peut les intéresser dans la somme de données que nous enregistrons.



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°319 du 4 Octobre 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre