- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Paris Eiffel, le cadeau de naissance d’un père


07/07/2019
    
Le héros du jour est allemand, un habitué des podiums, mais c’était la première fois qu’il montait le puissant étalon bai de 10 ans, Take A Chance On Me Z (Taloubet Z), dans un Grand Prix 5*. Le jeune papa a sèchement conclu (plus d’1 seconde), devant la cavalière belge Céline Schoonbroodt/Chepetta, celle que l’on attendait le moins de l’armada des 7 Belges qualifiés, 2è et Kevin Staut avec un fils de Casall, Calevo 2, 3è. Magnifique Grand Prix dans la capitale de l’hexagone écrasée de soleil.

L’acte final de l’épreuve par équipe (Global Champions League) dont la première manche s’était jouée vendredi s’est conclu par la victoire de l’Irlandais Shane Breen, et la fille du « boss », Jessica Springsteen, leur team est le seul avec l’Allemand Daniel Deusser et le Suédois Peder Fredricsson à avoir signé deux sans-fautes : Edwina Tops-Alexander et Pieter Devos enregistrent une faute et reculent à la seconde place.  Ce podium sera-t-il menacé la semaine prochaine à Chantilly ?

Le Grand Prix
Cette 2è manche de la CGL servait également de support de qualification pour le Grand Prix. Elle permit à plusieurs cavaliers de se qualifier à titre individuel, une formule qui a profité aux Français Kevin Staut et For Joy van’t Zorgvliet Hdc, 3è sans-faute, Pénélope Leprévost et GFE Excalibur de la Tour Vidal 6è, Bosty/Sangria du Coty sans-faute, 1 point de temps, et Simon Delestre/Hermès Ryan.
Trente-quatre cavaliers au départ qui devait se décider sur un barrage au chronomètre où ils étaient sept invités : deux Français (Kevin et Pénélope), deux Néerlandais, l’Irlandais Shane Breen au mieux de se forme avec Ipswich Vd Wolfsakker, une Belge et… un Allemand. Trois femmes parmi eux. Un bel équilibre. 
La première surprise est venue de la jeune Néerlandaise Kim Emmen, en selle sur l’étalon Kwpn Delvaux (Cahcco Blue), qui signait le premier sans-faute. Pénélope Leprévost renchérit devant 5 000 spectateurs avec un deuxième sans-faute avec le vert Excalibur de la Tour Vidal (Ugano Sitte), jeune sBs de 9 ans qui courait ici son premier Grand Prix 5* - mais plus lente que la Belge Celine Schoonbroodt-de Azevedo qui signait son premier podium avec une jument holsteiner, Cheppetta. La Belge finira deuxième : « et j’étais d’autant plus heureuse que la jument appartient à l’organisatrice de ce concours, Virginie Couperie-Eiffel », Pénélope est 4è.
Christian Ahlmann n’avait pas d’autre choix que de gagner : « Lundi, Judy Ann a donné le jour à notre petite fille, Ella Maria, et elle n’était pas très contente de me voir partir en concours. J’ai quand même décidé d’aller à Paris et elle m’a dit ‘tu as intérêt alors à faire un bon résultat. Il fallait donc gagner, surtout avec ce cheval, Take A Chance On Me Z, qui est important pour nous. Son père est mon cheval de cœur, Taloubet Z, avec qui j’ai gagné tant de Grand Prix et la Coupe du monde, et sa mère, Abba Z, est une jument que Judy montait en Grand Prix. C’est un étalon du haras Zangersheide qui a fait la monte et que je viens de récupérer. Il était un peu tardif, mais maintenant, il très facile entre les barres, très concentré. On le verra encore à Chantilly la semaine prochaine ».
Kevin Staut accroche la troisième marche du podium avec son puissant cheval allemand de 10 ans Calevo 2 (Casall), que lui a confié son propriétaire polonais, Dariusz Slupczynski : « Je ne le monte que depuis trois, quatre mois et il a un peu d’expérience. Je suis particulièrement fier de faire un podium pour notre première sortie dans un Grand Prix du Global, surtout au cœur de Paris ».
Et c’était-là l’autre bonne raison de se réjouir pour Virginie Couperie Eiffel : « Tous nos efforts, visent à faire venir à ce Longines Paris Eiffel Jumping des gens qui ne connaissent pas forcément notre sport et de les voir rester à la remise des prix pour acclamer debout ces champions me donnent le sentiment d’avoir atteint un objectif ».

Vendredi
La première manche de la Global Champions League, une épreuve par équipe qui sillonne le monde à travers vingt étapes sur trois continents et dont la finale se jouera à Prague, à l’O2 Arena, du 21 au 24 novembre prochains. Sur la piste, les équipes sont composées de deux cavaliers puisés dans un réservoir de six. Chacune des équipes représente une des villes étapes du circuit, et comme au football, il y a un mercato avec des transferts de cavaliers d’un team à l’autre.

Trois équipes ont pu aligner ce double sans-faute. Les plus rapides sont l’Australienne Edwina Tops-Alexander et la jument SF Veronese Teamjoy (Toulon x Dollar Dela Pierre) et le Belge Pieter Devos : « C’était une épreuve bien construite (par le Français Gregory Bodo, Ndlr), complimentait Devos, pas trop grosse, ne demandant pas de trop gros efforts. Un parcours qui était assez technique, assez délicat avec des fautes un peu partout. C’est vrai qu’il faisait chaud, mais le chef de piste a tenu compte de ce facteur, l’épreuve n’a pas épuisé les chevaux ». Cette victoire provisoire (car il y aura une seconde manche demain), Pieter Devos la doit également à la complicité qu’il a nouée avec sa coéquipière australienne au fil de la saison : « C’est notre deuxième saison ensemble et nous avons déjà fait de bons résultats avec Edwina, on se connaît et c’est important car, après tout, il s’agit d’une épreuve par équipe, on se parle, on se conseille. Elle a commencé par un sans-faute et cela met toujours un peu de pression, je n’avais pas le droit à l’erreur. Mais j’ai été toujours très régulier tout au long de la saison ». Une victoire en Global Champions League est également une histoire de stratégie : demain, les cavaliers peuvent changer de chevaux : « Edwina remontera la même jument, Veronese Teamjoy tandis que vais faire confiance à Espoir, car compte tenu de la chaleur, je vais garder Claire Z fraiche pour le Grand Prix ».



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°319 du 4 Octobre 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre