- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Master Pro de Vittel : la revanche de Gwendolen Fer

  • Championne 2022 (© ER)
    Championne 2022 (© ER)
  • Concertation devant le 5A
    Concertation devant le 5A
  • Nicolas Touzaint/Absolut Gold*HDC
    Nicolas Touzaint/Absolut Gold*HDC
  • Gwendolen Fer/Romantique Love
    Gwendolen Fer/Romantique Love
  • Anouk Canteloup/Daniel Del Impermeable
    Anouk Canteloup/Daniel Del Impermeable
La canicule a en partie asphyxié le concours. Chaleur oblige, il a fallu pour le bien de tous, chevaux et cavaliers notamment, avancer à 8h le départ sur le cross. Fraicheur idéale, de courte durée, qui n’a pas réussi à mobiliser la foule habituelle des amateurs. Dommage pour ce spectacle rare, magnifiquement mis en scène par les équipes de Dominique Simonin.

Il a manqué un peu de partants pour faire de ce Master Pro de Complet une vraie fête comme celle du Master pro de CSO. Thierry Touzaint, le sélectionneur national, s’en explique plus loin. Le suspense fut tout de même total jusqu’au bout.

Fautif sur le CSO, Nicolas Touzaint/Absolut Gold*HDC qui tenaient la corde depuis le dressage durent laisser le titre convoité à une Gwendolen Fer très motivée sur son Romantique Love, sans faute sur le dernier test. Elle a en quelque sorte pris sa revanche sur le championnat d’Europe d’Avenches en Suisse l’année dernière où Romantique lui avait joué un mauvais tour.

Cross assez galopant, reconfiguré à l’inverse de ceux des années passées. La montée des golfs annonçait la première difficulté, le panoramique de l’Hermitage en 5A-5B qui fit d’entrée quelques dégâts. Nicolas Touzaint parti en ouvreur avec Diabolo Menthe en fit les frais. Alexis Goury/Trompe l’œil d’Emery dut abandonner après une chute dont le cheval sortit boiteux, chute et abandon pour Camille Lejeune/Dame de Cœur Tardonne. Le choix entre 3 et 4 foulées était décisif. Arnaud Boiteau/Quoriano*IFCE y connurent quelques soucis. En revanche, passage sans difficultés pour Nicolas/Absolut Gold*HDC pour son second tour, pour Gwendolen Fer/Romantique Love qui fit le maxi le plus rapide, pour Anouk Canteloup/Daniel Del Imperméable, pour Elora de Artola/Seven Nouvolieu (qui retrouvait l’air lorrain de sa naissance), une petite nouvelle dans le groupe Pro Elite, cavalière chez Luc Château, qui bouclent leur tour avec un petit temps dépassé, pour Sébastien Cavaillon/Quatchina Blue Z.

Huit couples allaient poursuivre l’aventure après les abandons de Christopher Six/Totem de Brecey, Alexis Goury, Rapahaël Cochet et Camille Lejeune.

Thierry Touzaint : « la faute au calendrier »

La première chose à déplorer sur ce championnat : le manque de participants. Selon Thierry Touzaint, « c’est le calendrier qui en a décidé ainsi puisqu’il y avait des chevaux un peu partout sur des épreuves internationales. J’aurais préféré avoir plus de partants ici. »  À  propos du cross : « la combinaison n°5 arrivait un peu vite sur le parcours. On a voulu raccourcir le cross à cause des conditions climatiques et nous avons mis cet obstacle un peu trop tôt et il était aussi un petit peu trop difficileIl fallait bien gérer le nombre de foulées»  

D’ailleurs, l’entrée de la combinaison sera supprimée pour l’épreuve Pro 1. Concernant le classement provisoire, Thierry Touzaint le trouve « logique », avec en tête Absolut Gold et Romantic Love. Même si dans son prévisionnel, la 3ème place aurait dû être pour Totem et Christopher Six qui a malheureusement chuté au début du parcours. « Dans l’ensemble nous avons vu des belles choses, » explique-t-il. « De jeunes cavalières se sont bien classées, des nouveaux couples, et c’est toujours intéressant. Je pense surtout à la petite Canteloup qui a débuté au Lion d’Angers où elle avait très bien couru et là elle a confirmé son niveau. C’est sympa d’avoir des nouvelles têtes sur le marché. Evidemment j’aurais aimé avoir Totem dans le classement ».

ER

 

Ils nous ont dit :

• Gwendolen Fer

« Je suis arrivée là dans le but de faire un véritable podium, voire prétendre à la victoire, je sais que Romantic et moi on en était tout à fait capables, on est un vieux couple assez aguerri à ce niveau d'épreuve. J'étais déçue de ma reprise de dressage parce que j'ai raté 2-3 trucs, je visais plus d'être en tête dès le dressage. Le cheval a déroulé un très, très, bon cross, il a fait ça avec beaucoup de facilité, il était encore en pleine forme aujourd'hui, il a 17 ans et je suis vraiment surtout ravie de son état de forme.

J’ai trouvé le parcours de cross plus fluide que l'an dernier, ça reste encore pour moi un petit peu sinueux quand même, ce n’est pas hyper galopant, mais déjà je trouve qu’ils ont changé des choses par rapport à l'an dernier et c'est vraiment très bien, c'est encourageant.

Je l’ai préféré dans ce sens-là et puis il y avait des boucles qui n’étaient pas pareilles que l'an dernier, il y avait la boucle de l'autre gué là-bas qu’on n’avait pas cette année, c'est vrai qu’en tout cas ils ont fait un travail formidable pour la qualité du sol. La veille avec quelques cavaliers on s'inquiétait que le terrain soit un peu dur. Ils ont bossé toute la nuit et on avait un terrain formidable le lendemain donc je remercie vraiment les organisateurs. C'est vrai que c'est loin pour tout le monde mais c'est un site qui est superbe et on est ravis de venir. »

C’est un peu la revanche sur le championnat d'Europe ?

« Oui aussi, tout à fait, c'est aussi la revanche sur le championnat d'Europe, c'est vrai qu’on est un peu comme ça avec ce cheval-là, on est capables des plus belles victoires et on est aussi capables de faire bien moins, on n'est jamais trop à l'entre-deux, on est toujours tout en haut ou tout en bas. »

Votre programme maintenant ?

« C'est vraiment lui qui me le dicte, selon sa forme du moment. J'ai l'impression qu'il est en pleine forme donc j'ai vraiment envie de me tourner vers Burghley qui est fin août et c'est un très gros concours, je pense que ce cheval-là est taillé pour faire ces épreuves-là ».

 

• Elora de Artola 

« Je suis cavalière maison chez Luc Château, j'ai eu 28 ans et mon cheval qui me permet de faire ces épreuves-là c'est Seven de Nouvolieu qui a été acheté par l'École Nationale d'Équitation à 3 ans, il a fait jusqu'aux 6 ans avec Stéphane Gigot, ensuite il a été passé à la formation, il faisait passer le DES aux élèves. Moi je l’ai monté quand j'étais en formation initiale, j'ai fait mon DES avec et 2 ans après que j'ai quitté l'école il a été réformé et du coup je l'ai acheté. Il a aujourd’hui 16 ans. On a commencé la Pro élite au Lion d'Angers l'année dernière. Je n’ai que Seven pour sortir en concours. Luc et Caroline sont en train de me confier un 4 ans pour commencer un peu les jeunes chevaux et j'ai une 2 ans qui est la petite sœur de Cocorico que j'ai achetée chez eux à l'élevage ».

Votre avis sur le cross

« J’ai trouvé ça vraiment intéressant à monter, ça a changé de ce qu'on avait d'habitude je trouve, avec le dénivelé, la façon dont était monté le parcours, c'était très intéressant, moi je trouvais ça très agréable ».

Pas de reproche à faire au n°5 ?

« Non, j'ai la chance d'avoir un cheval qui a beaucoup de force, du coup j'ai vraiment pu enrouler l'obstacle A en panoramique, il a vraiment fait un petit saut autour et derrière j’ai continué tranquillement en 4, en tout cas pour moi et mon cheval c'était vraiment une combinaison hyper bien montée ».

20/06/2022

Actualités régionales

Les petites annonces

Toutes les annonces équestres avec Equirodi

Je dépose une annonce