- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

La France 2e de la finale à Barcelone


08/10/2018
    
Cette finale Coupe des Nations présentée par la Fédération Equestre Internationale et Longines à Barcelone nous a offert du grand sport. Parcours toujours tracé par l’architecte Santiago Varela, ce dernier culminait à 1.60m de haut, composé de 13 obstacles et 17 efforts avec de multiples choix de distances. L’équipe belge «N’abandonnez jamais » bat tous les autres, seule nation à aligner deux sans-faute, la France est deuxième et l’Irlande troisième, lors d’un duel très serré.

De l’avis général, des vainqueurs comme des vaincus, le parcours était intéressant à monter, agréable à regarder et respectueux de l’intégrité physique des chevaux malgré les efforts obligatoires à fournir.

L’équipe belge «N’abandonnez jamais » les bat tous à Barcelone
Alors que les huit nations qualifiées depuis le premier tour de vendredi soir repartaient sur un score nul, et qu'il ne leur restait plus qu'un tour pour décider du pays victorieux, ce fut un parcours extrêmement technique ne donnant pas droit à l’erreur qui était dessiné par le chef de piste Santiago Varela.
Comme beaucoup d'autres équipes, les Belges connurent des fortunes diverses. Niels Bruynseels ouvrit le score avec une superbe frappe de Gancia de Muze, mais Pieter Devos/Claire Z et Jos Verlooy/Caracas ont chacun laissé trois obstacles au sol. La Belgique alignet 12 points. Mais les autres équipes ne font guère mieux... Nicola Philippaerts, le dernier à partir défendre les couleurs belges, a gardé la tête froide pour donner à H & M Harley v. Bisschop ce « supplément d’âme » propre à aplanir toutes les difficultés.
Peter Weinberg (chef d'équipe belge) : "Nous avons choisi comme cri de ralliement «N’abandonnez jamais » car après deux cavaliers, nous étions déjà à 12 points, mais nous avons décidé de nous battre jusqu'au dernier coureur. Cette victoire signifie donc beaucoup pour nous!"

Il semblait être tombé sur les genoux des Italiens dans les phases finales, comme l’annonçait clairement Lorenzo de Luca (Ensor de Litrange), leur coureur principal et dernier joueur sur le ring, à les voir compléter sur huit fautes pour le remporter. Mais la piste extraordinaire de Varela était une piste qui devait être pilotée avec une précision absolue, et quand, comme tant d’autres avant lui, elle s’est révélée irrésistible pour l’Italien sur la dernière ligne, son équipe a bouclé son total de 16. Et parce que leurs temps combinés ont été plus lents que les Français et les Irlandais, ils se sont retrouvés à la quatrième place devant les Néerlandais lorsque les quatre équipes ont terminé avec un décompte de 16 fautes. La Suède et l’Autriche se sont classées aux sixième et septième places, avec un score final de 20 fautes, tandis que la Suisse s’est classée huitième et dernière en inscrivant 32 points au compteur.
Il n’est pas surprenant que Varela ait été choisi comme concepteur du parcours pour les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. La piste d’aujourd’hui est un chef-d’œuvre qui remet en question le contrôle, l’équilibre, le jugement et les compétences, à chaque instant. Comme Varela l’a fait remarquer, il n’était pas question du nombre de fautes accumulées par les coureurs. "Un score de 8 ou 12 ne signifie pas qu'ils ont eu une mauvaise manche, les chevaux ont sauté de manière incroyable, mais le parcours était difficile, difficile et grand… et tout était connecté", a-t-il expliqué. Cela a été corroboré par le nombre de cavaliers perdants lors des quatre dernières épreuves, où on pouvait affronter un porteur d'aile verticalement sur cinq longues ou six courtes foulées, mais où une erreur de jugement entraînait souvent des erreurs à l'avant-dernier doublé. oxer final.

À la fin, les Belges ont été la seule équipe à réussir à réaliser deux parcours sans-faute - «et deux tours sans-faute aujourd'hui était un super résultat!» A déclaré Varela.
On a demandé à Bruynseels s’il avait un plan lorsqu’il est parti avec Gancia de Muze pour réaliser le premier tour sans-faute de la compétition. Mais apparemment, il n’avait pas de plan avec sa jument brillante mais excentrique de 12 ans : "J'ai un cheval spécial, elle ne ressemble pas à tous les autres. Elle a vraiment beaucoup de tempérament, je dois donc suivre mon parcours et me concentrer seulement sur mon parcours sans voir les autres chevaux, elle est imprévisible "

Philippaerts a déclaré que ses coéquipiers avaient décidé que "tout était encore possible" lorsqu’il s’est élancé :  «J'ai juste essayé de monter à ma façon et ça a bien marché. Aujourd'hui, c'est moi qui devais faire un tour sans faute qui ferait une différence, et une autre fois ce sera l'un des autres», a-t-il déclaré. Et il avait encore plus de raisons d’être heureux de partager le bonus de 100 000 € pour les doubles sans-faute avec Bruynseels, le Suédois Peder Fredricson et la nouvelle star italienne, Riccardo Pisani.
C'était la deuxième fois que la Belgique remportait le titre de Longines FEI Nations Cup ™ à Barcelone, le dernier datant de 2015.

Et les autres
Septième à l’issue de la première manche courue vendredi soir avec un total de 8 points, la France s'était qualifiée pour la grande finale où heureusement les compteurs étaient remis à zéro pour les huit équipes finalistes. Mais elle était loin d’être favorite...
Le règlement de la finale permettant de faire concourir les cinq couples de l'équipe et de changer un équipier entre les deux manches, le sélectionneur national, Philippe Guerdat et l'équipe fédérale d'encadrement technique ont intégré Olivier Robert dans cette deuxième manche en lieu et place de Pénélope Leprévost, dont le score avait été assez lourd vendredi avec Vancouver de Lanlore, encore un peu « vert » à ce niveau d’épreuves, mais par contre nullement blessé comme certains l’ont avancé. 

Partis en ouvreurs, Kevin Staut et son bondissant For Joy van’t Zorgvliet*HDC-JO/JEM passent de peu à côté du double sans-faute mais sont pénalisés de 4 pts sur la rivière. Cédric Angot et Saxo de la Cour se montrent, comme vendredi, très à leur aise sur la piste du Real Club de Polo, ils sortent de piste avec 4 pts, ne pouvant éviter une faute sur le très fautif vertical n°11. Parcours plus délicat pour Mathieu Billot qui sort de piste avec 17 pts. Enfin, Olivier Robert et Eros-JO/JEM se font piéger dans la difficile dernière ligne et comptabilisent 8 pts. L’équipe de France totalise 16 pts et termine 2e grâce à des chronomètres rapides.

La réaction de Philippe Guerdat, sélectionneur national : " Je suis content que nous terminions la saison sur une note positive. On voit des équipes comme la Belgique ou l'Irlande qui n'ont pas réussi leur championnat du monde bien figurer ici. Mathieu s'est mis un peu de pression et est parti en dessous du train. Le cheval d'Olivier était frais mais au final on a une faute de trop pour pouvoir barrer contre les Belges. Je suis satisfait de mes cavaliers qui se sont bien battus et ont montré un bel esprit. "



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°306 du 14 Décembre


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre