- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Fences 2017 : « La mayonnaise a pris »


05/09/2017
    
Jean Fourcart, comme les autres associés des Ventes Fences, avait le sourire hier dimanche 3 septembre, à la veille de la dernière soirée des Ventes Elite de Bois-le-Roi, et nous avons aimé sa formule sous forme de boutade. Pensez donc : avec 4 278 000 euros de chiffre d'affaire (hors rachats) dont 35 % à l'exportation, avec près de 90% de chevaux vendus, on aurait presque cru au retour de la Grande Epoque. Mais l’homme garde les pieds sur terre. S’il est sûr qu’un vent plus léger et optimiste soufflait sur le Grand Parquet comme à Bois-le-Roi, c’est le fruit de leur travail et d’une année exceptionnelle de par la qualité des lots présentés par rapport à des années plus moyennes. Le reste ? Non, Macron n’a pas rendu sa santé à la France d’un coup de baguette magique. Mais il reconnaît que dans un marché très difficile et concurrentiel, « la mayonnaise a pris ». Nous avons tenté d’analyser avec lui la composition de la mayonnaise.

Pour la 29ème édition de sa vente Elite l'Agence Fences avait engagé plusieurs paris. Le premier ? Ne plus organiser de vente de sélection de manière physique, car cela revenait très cher aux vendeurs et aux organisateurs des Ventes ; pour les chevaux vendus des prix très moyens, cela ne ramenait rien. Jean Fourcart : « Nous avions deux solutions : soit supprimer la formule, soit lui trouver un remplaçant. Les ventes sur Internet ont rempli ce rôle. Mais c’était une première et nous n’étions pas sûrs des résultats. C’est alors qu’a germé l’idée d’organiser une vacation supplémentaire. Avec l’avantage de pouvoir diminuer le nombre de chevaux proposés chaque soir. Etait-ce justifié ? Nous savons maintenant que oui : avec un prix moyen de 28 000 € pour les 3 ans, et un fils d’Air Jordan par Papillon Rouge, Emir du Chanu, acheté 67 000 € par Guy Belooussoff (Ecurie du Herrin) dont la fille Valentine évolue en CSI***, cette première soirée a trouvé sa place.

Fences Web
La vente de sélection a donc été remplacée par un format dématérialisé sur internet avec les Fences Web, plateforme d'enchères en ligne. Jean Fourcart : « Les 30 ans d’expertise des Fences sont un gros atout dans les ventes en ligne, la concurrence étant rude (2 000 chevaux ont été mis en vente en ligne en quinze jours en Europe de l’Ouest!), mais nous ne pouvions être sûrs de rien. » La Première eut lieu à la mi-août. Contents ? Jean : « On attendait moins que ce que l’on a obtenu, à savoir la moitié des chevaux changeant de mains, et un Top Price à 38 000 €. On a fait la preuve que le système fonctionne, c’était aussi un vrai test, ne l’oublions pas. »

Et maintenant ?
Il y aura quatre événements d’ici la fin de l’année : une vente de sélection dans une semaine (11-12/09), une vente de réduction d’effectifs en octobre, une vente de poneys de sport organisée avec des pros du poneys en novembre ou début décembre.

Enfin, début décembre, s’organisera une vente de 2 ans sélectionnés en Suède. Pourquoi la Suéde ? Jean Fourcart : « J’ai connu les chevaux suédois quand je faisais du hunter. Ce sont de très bons éleveurs (ne citons que Fibonacci), avec d’excellentes souches. Ils sont champions d’Europe en 2017, et avec leurs propres chevaux ! » L’Objectif ? Offrir sur deux jours un choix d’une cinquantaine de 2 ans.

Madame Web
Une responsable a été embauchée pour prendre en charge et coordonner l’activité des ventes internet, il s’agit de Jeanne Cotrocil, venue du monde du développement marketing dans le « web-business ». Jeanne monte à cheval, et pratique le saut d’obstacles et le complet, qu’elle a pratiqués d’abord à poney.

Fences Leader européen
Jean Fourcart : « Le troisième challenge était d'affirmer la place de Fences en tant que leader Européen de la mise en marché de jeunes chevaux d'exception, en valorisant la qualité élevée de la sélection, par une politique de communication à laquelle nous avons donné les moyens. » Le professionnalisme et l'efficacité des équipes Fences ont été salués par tous, aussi bien au bureau des ventes qu'au stand Fences et aux écuries, la convivialité et la disponibilité étaient de mise.

Entre tongs et bottes...
Pourtant... La canicule s’est installée jusqu’au vendredi, où l’orage et des trombes d’eau se sont invités, coupant son, satellite et électricité... Tout a fonctionné grâce aux groupes électrogènes. Et au sang-froid des équipes d'Eric Livenais et Florence de Robillard... Samedi soir les parkings étant inondés, les visiteurs ont parfois dû se garer loin... Mais tout cela s’est fait dans la bonne humeur.

Jean Fourcart conclut : « Qualité, sérieux et convivialité sont les valeurs de Fences depuis 29 ans et cela ne changera pas ! »

C. Robert



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°289 du 24 Novembre 2017


je m’abonne !  je lis

  • Hower aux prix
  • Coktail d'Azur aux prix
  • Cicave du Talus aux prix
  • Catchar Mail aux prix
  • Cerise de la Violle aux prix avec Stéphanie Alexandre (propriétaire) et Sandra Périni, la naisseuse


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre