- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Femmes de cheval : Haras de Lacke : une histoire d’amitié entre femmes


16/05/2019
    
Deux femmes à l’origine du haras de Lacke en Normandie : Laurence Waechter Artaud et Karine Boué. La première agricultrice, la seconde gérante du centre équestre de La Scie près de Dieppe, enseignante BE2, co-organisatrice du 4* Equi-Seine à Rouen, unies par une indéfectible et ancienne amitié. Il y a une dizaine d’années elles se lancent le défi de créer un haras. L’histoire du haras de Lacke venait de commencer.


Beaucoup de chemin parcouru depuis ce jour et quelques étalons ont porté haut les couleurs du haras normand. Spotlight Z d’abord, puis Qantar des Etisses et maintenant Atome des Etisses auxquels il faut ajouter Quinette du Quesnoy qui vient d’être mise à l’élevage. Tous ont évolué sous la selle de Laurent Goffinet. Là encore, un choix dicté par l’amitié qui liait Laurent à Karine et qui fit du cavalier historique de Flipper d’Elle le cavalier-titre du haras de Lacke.


Alors pourquoi Lacke ? Tout simplement les initiales de chacun : L pour Laurence, A pour Alexandre (le mari de Laurence), K pour Karine et E pour Elise (épouse de Laurent). Equipe de passionnés dont l’objectif est d’évoluer vers la qualité en élevage et le haut niveau pour le sport.


Laurence explique : « C’est une histoire d’amitié entre Karine et moi. On s’est rencontrées il y a plus de 15 ans maintenant, ce fut un coup de foudre d’amitié comme ça peut arriver. On s’était toujours dit que pour notre retraite on ferait un petit haras de dressage parce que c’était vraiment le dressage notre motivation. Puis la vie en a décidé autrement. Mon père est décédé et je me suis retrouvée dans une situation où il fallait que je continue à être agricultrice et que j’amplifie ce domaine d’activité. Du coup j’ai appelé Karine et je lui ai dit « le haras c’est maintenant ». Karine venait de rencontrer Laurent Goffinet. Même coup de foudre d’amitié. On a dit « banco » et ce sera de l’obstacle.


Spotlight Z, acheté en 2007, a été notre premier étalon que Laurent a sorti. Puis petit à petit on a eu des coups de cœur, on a beaucoup acheté aux ventes Nash. Coup de coeur aussi pour Qantar des Etisses. Charlotte Courtade qui louait des boxes chez nous nous a vendu Quinette du Quesnoy (Hélios de la Cour-Capital) qui est devenue la jument de tête de Laurent avec qui on a pu goûter au très haut niveau ». 


Centre d’insémination et de récolte


A St-Benoit-d’Hébertot, entre Pont-l’Evêque et Deauville, le haras de Lacke dispose de 25 hectares avec boxes, carrière, manège, un centre d’insémination et un centre de récolte agréé Europe et Monde tenus par Alexandre Artaud qui oeuvra de nombreuses années aux côtés d’Eric Navet. Le centre de récolte travaille en partenariat avec Eurogen de Benoît Lepage. Tous les étalons sont prélevés « à la maison ». 


Une cavalière monte et prépare les jeunes chevaux qui sont soit vendus soit confiés à Laurent pour la valorisation. Une trentaine de chevaux dont quatre poulinières sont sur la structure.


Atome cheval de tête


« Atome des Etisses, poursuit Laurence, a été acheté à 4 mois sous la mère, chez M. Batillat. Il a été complètement élevé à la maison. Ce n’était pas forcément notre coup de cœur du départ. En fait on l’a acheté avec un autre, Aston des Etisses qui lui était déjà fait en père. Petit à petit il a fait son chemin, on y a cru. Il a montré de très bonnes choses. C’est un cheval qui a beaucoup de personnalité, qui a envie de bien faire avec l’homme, très volontaire et respectueux. On a 3 poulains de lui cette année. L’un d’eux est son portrait tout craché. Ils ont tous beaucoup de points de force, beaucoup d’énergie et sont plutôt beaux poulains ».


Quel est l’apport de votre amie Karine dans cette affaire ?


« Karine c’est l’élément le plus important. Je ne me serais jamais lancée toute seule, ça c’est évident. Elle n’était pas forcément éleveur au départ mais on a bien avancé ensemble. Karine c’est l’élément fédérateur, c’est elle qui avait les cartes en mains, les connaissances, elle nous a aiguillés et puis Laurent et mon mari ont pris le relais. On s’est professionnalisés et aujourd’hui je pense qu’on peut être fiers de ce qu’on fait. On a des clients qui sont là depuis le départ et ils ne confieraient leurs chevaux à personne d’autre. C’est assez sympa. Quant à l’élevage, notre sélection depuis 12 ans commence à porter ses fruits avec notamment Vaya de Lacke (Spotlight Z et Luce Bella x Alligator Fontaine x Hand in Glove) gagnante internationale sous la selle de Clément Boulanger. Elle vient de gagner deux GP 3 et 4* à Gorla Minore. Elle totalise aujourd’hui près de 60 000 € de gains. Nous avons de bons jeunes qui arrivent ».


Atome, carrière de reproducteur 


« Atome a une excellente génétique mais on attend que le cheval performe pour communiquer un peu plus. Et c’est bien parti. Ses poulains seront ses meilleurs arguments de vente. Il apporte du chic et beaucoup de force ». 


« C’est un cheval très sport, très moderne, ajoute Alexandre. Il est dans le sang, très respectueux de son cavalier, très respectueux de lui-même et montre une rare intelligence. En concours il a compris que lorsqu’il était en box il fallait mieux se reposer parce que ça induisait de gros efforts physiques à venir. C’est un cheval bien dans sa tête, souple avec une grosse galopade ce qui fait que Laurent arrive à lui demander quasiment tout ce qu’il veut quelles que soient les difficultés de son parcours.


Comme avec tous les poulains de la maison on prend notre temps, c’est-à-dire qu’on ne court jamais après une finale. Quand on sent qu’on a un cheval avec un certain potentiel, on préfère arriver tranquillement à 8 ans, à percer de temps en temps en faisant une démonstration sur des championnats de 6 ans tels que les SHF ou Equita’Lyon. On ne court pas du tout « le butin ». Ce qui nous intéresse c’est le sport à venir.


Atome est prélevé et congelé au Haras de Lacke. On ne veut pas absolument le mettre sur tous les terrains, on veut qu’il fasse une carrière d’étalon dans la tranquillité. Sa meilleure publicité, je pense, ce sont ses résultats sportifs. 


Nous avons aussi Spotlight Z (Stakkato-Graf Grannus), petite production mais excellente. Il y eut Qantar des Etisses (Quick Star-Persan II) frère utérin de Marlou, qui fit une belle carrière sportive avec Laurent, vendu à McLain Ward aux Etats-Unis et qui aujourd’hui tourne en Grands Prix 150 sur le continent américain. On a toujours des paillettes de l’ensemble de ces étalons-là ».


Quinette à l’élevage


A 15 ans, Quinette du Quesnoy a fini son cycle concours à Vilamoura, l’année dernière, où elle a eu une petite blessure. Elle vient de donner naissance à un mâle par Atome. Excellent parcours sportif pour cette jument grise au riche palmarès (ISO 164). Elle totalise plus de 160 000€ de gains majoritairement acquis sous la selle de Laurent. Elle a rejoint Luce Bella (Alligator Fontaine-Hand in Glove), Unestar Liberty (Richebourg-Jaléo du Defey), Pokara du Bois (Elf d’Or-Pot d’Or), Kinette DW (Baloubet-Clinton). 


Une bien belle famille.


E. R.




A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°316 du 19 Juillet 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre