- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Chantilly pour Kenny/Pénélope/Philippaerts


15/07/2019
    
Grâce à son cadre historique et unique, le Jumping International de Chantilly est certainement l’une des plus belles étapes du Longines Global Champions Tour, regorgeant de richesses, à l’image du Musée Condé au château et du Musée du Cheval aux Grandes écuries. Si la victoire est irlandaise, deux Français sont aux quatre premières places.

Si l’Irlandais Darragh Kenny (31 ans) est un abonné à la victoire – il en a déjà enlevé pas moins de quatre ce mois-ci, dont deux Grands Prix en Belgique – celle remportée dans le Grand Prix Longines Global Champions Tour samedi à Chantilly avec Balou du Reventon, est sans doute l’une des plus belles de sa jeune carrière, après sa deuxième place en début de saison au LGCT de Shanghai. 

Le parcours mis en place par l’Italien Uliano Vezzani, fidèle chef de piste de Chantilly, a été suffisamment complexe pour ne laisser filtrer que six cavaliers pour la manche décisive : un Irlandais, trois Belges redoutables partout cette saison, et, deux Français… Kevin Staut et Pénélope Leprévost.
 
Darragh Kenny avait le gros désavantage de s’élancer en ouvreur sur ce barrage. L’inconvénient n’aura finalement pas pénalisé l’Irlandais : « Je savais qu’il fallait aller très vite. C’est un cheval incroyable, il veut toujours être rapide… J’ai toujours pensé que c’était un bon concours pour mon cheval qui aime les grandes pistes en herbe comme ici ou chez moi, à Dublin ». 
 
Pénélope Leprévost, déjà 4è lors de la qualificative quelques heures plus tôt, toujours avec l’étalon Vancouver de Lanlore (Toulon/Le Tôt de Semilly), va maîtriser avec facilité le parcours et réaliser un chrono très rapide. Il lui manquera moins d’une seconde, mais elle battra de cinq centièmes de seconde le Belge Nicola Philippaerts et Chilli Willi, le fils de Casall. Kevin Staut est quatrième, dans la même seconde avec Urhelia Lutterbach (Helios de la Cour), Un troisième Français dans le Top 10, Alexis Deroubaix, le plus rapide des 4 points avec Timon d'Aure, septième.

Pénélope Leprévost était particulièrement satisfaite du comportement de Vancouver de Lanlore : « Parce qu’il a fait son premier Grand Prix 5* ici l’année dernière et un an plus tard, il est sur le podium. Il était tellement lent au début et là, il va de plus en plus vite. Je regrette cette foulée de trop sur cette dernière ligne, je ne recommencerai pas ce genre d’erreur » ! Il aura manqué 64 centièmes à la Normande !
 
Pour conclure le podium, c’est l’ancien couple tenant du titre de ce Grand Prix que l’on retrouvait : Nicola Philippaerts et Chilli Willi. Dans la même seconde que les deux cavaliers tricolores, même le Belge n’a pas réussi à rattraper Darragh Kenny. « Je suis très heureux de mon cheval qui a sauté parfaitement les trois tours. Il y avait vraiment du beau monde dans ce barrage. Mon cheval est très rapide de base, mais j’ai perdu du temps après le double, et j’ai également tourné trop loin pour faire demi-tour après le vertical. J’espère faire plus de résultats comme celui-ci, Chilli Willi est très à l’aise sur cette piste, et les grandes pistes en herbe en général. »confiait Nicola Philippaerts.
 

Dimanche : Pieter Devos/Jade Vd Bisschop
Nicola Philippaerts, Constant Van Paesschen, Gregory Wathelet ou encore Jérôme Guery se sont déjà illustrés à Chatilly, c’est le tour de Pieter Devos, ajoutant le Master Groupama à son tableau de chasse. Le Belge n’a pas fait de détail en triomphant de l’Américain Spencer Smith avec le cheval français Theodore Manciais (Kashmir van Schuttershof ) de 63 centièmes de seconde, affrontant 12 autres barragistes. Dans le Grand Prix 5* dominical. Pieter Devos possède un piquet de chevaux que beaucoup lui envient : Claire Z et Espoir, ou encore Apart. Mais la jument Bwp de 10 ans Jade Vd Bisschop (Ogano Sitte), malgré deux victoires cette année, est un cheval que l’on connaît moins : « Je suis très heureux d’avoir autant de bons chevaux et notamment quatre ayant le niveau d’un Grand Prix. Jade est vraiment prometteuse mais n’a pas encore beaucoup d’expérience. Mais le fait de pouvoir alterner ces chevaux sur les différents concours me permet d’atteindre une certaine régularité dans mes résultats. En effet, à chaque nouvelle échéance, je peux présenter un cheval au meilleur de sa forme. Elle commence seulement à faire de belles épreuves, ce qui me rend d’autant plus fier. Je crois vraiment beaucoup en elle et j’aspire à de belles échéances dans le futur pour notre couple ».  
 
Le Brésilien Yuri Mansur complète le podium avec le Hanovrien Carlson (Calido I) à plus d’une seconde et demi du vainqueur. Le meilleur Français est le jeune Jurassien Pierre-Alain Mortier, sans céder à la pression comme les autres barragistes, Julien Epaillard/Virtuose Champeix, vainqueur de la première qualificative, Schröder, William Whitaker ou McAuley, et même Edwina Tops-Alexander, tous fautifs, va gérer son parcours à la perfection et réaliser le dernier des quatre doubles sans-faute du Grand Prix avec son hongre bai Uruguay Courcelle (Lamm de Fetan x Qredo de Paulstra), qu’il forme depuis ses 6 ans, après la selle de Thierry Moutrille. Le couple attaquait là son 3è CSI5*, après La Baule et Rome.

1ère Qualif’ : Epaillard et Staut
Au classement individuel de cette épreuve, la Global Champions League, qui se court en deux épreuves, vendredi et samedi, le public cantilien a eu droit à un festival français signé Julien Epaillard qui avec Virtuose Champeix « a mis » plus de 4 secondes à son compatriote Kevin Staut en selle sur Urhelia Lutterbach, qui s’était déjà classé quatrième du petit Grand Prix du LGCT de Monaco. Epaillard est un abonné aux victoires de vitesse d’autant que, comme il le révèle : « Virtuose est rapide au sol, il a de grandes foulées ce qui explique ce temps très rapide. J’ai gagné du temps en retirant une foulée sur la ligne du 3 au 4 mais aussi grâce à de très bons virages qui m’ont fait gagner du temps. Je n’avais pas vu le tour de Kévin avant de partir en piste, j’ai fait le maximum et le cheval était très bien aujourd’hui. » Demain nous ferons la qualification et on espère le Grand Prix ». Nous les avons retrouvés sur le Grand Prix. Troisième, le diable d’Irlandais qui remportera le Grand Prix LGCT samedi après-midi, ici avec Romeo (Contact van de Heffinck), un étalon puissant de 10 ans du Zangersheide.

2è Qualif’ : Ehning
C’est l’Allemand Marcus Ehning qui s’empare de la deuxième Qualif’ au Grand Prix, avec son étalon Comme Il Faut, suivi à nouveau d’un Irlandais, toujours performants ce week-end et le Bwp Harley Vd Bisschop, et Le Britannique Ben Maher et le Kwpn Explosion W, un fils de Chacco Blue. C’est à nouveau Pénélope Leprévost avec Vancouver de Lanlore (Toulon x Le Tot de Semilly) qui réalise le meilleur chrono tricolore, 4è.

Nicolas Delmotte
Nicolas Delmotte a également brillé à Chantilly : le Nordiste occupe déjà la 5è place lors de la première épreuve 5* du week-end Longines, le prix France Galop à 1,45m : avec Alanine de Vains, 9 ans, il réalise le 5è meilleur temps des sans-faute de cette vitesse difficile, remportée par le Suisse Pius Schwizer, en selle sur son hongre de 12 ans, Balou Rubin R. Un autre jeune Français, le Jurassien Pierre-Alain Mortier, est 13è des sans-faute avec son cheval de Tête, Just Do It R (Action Breaker). Dans la même journée Delmotte est 4è de la 1è manche de la Global Champions League, cette fois avec le crack fils de Nervoso, Urvoso du Roch, battant tout de même Bertram Allen et Molyy Malone V !

Cela fait dix ans que le Longines Global Champions passe par Chantilly. Et, comme le soulignait créateur du Jumping International de Chantilly, Gérard Manzinali : « Dix ans, c’est un sacré anniversaire. J’ai l’impression que ces dix années sont vite passées. Mais dix ans, c’est également un cycle et quant à l’avenir du LGCT à Chantilly, nous allons entamer des discussions et voir si nous allons poursuivre l’aventure ensemble ». 

Résultats : https://www.longinestiming.com/equestrian/2019/longines-global-champions-tour-of-chantilly-chantilly

 



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°319 du 4 Octobre 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre