- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

CCIO4*S - Complet du Pin (14) : Coupe des Nations : et de 3 !


22/08/2019
    
Impressionnants nos complétistes français ! « A chaud, une grande fierté lorsque l’on gagne, une victoire par équipe, c’est encore plus beau. Surtout que cette victoire a été dure à aller chercher, il a fallu que l’on se batte avec les cavaliers italiens », Jean-Pierre Blanco constate que l’équipe de France « n’a rien lâché, ils ont tenu la pression ». Une équipe qui aura mixé la jeunesse et l’expérience, un choix gagnant pour remporter pour la 3e fois consécutive cette étape française de la Coupe des Nations du circuit CCIO4*S.
 , Pas moins de 9 chevaux, engagés sur les 5 tours de l’étape du Pin. Du CCI2* court, 2* long, 3* court, 3* long et CCIO4*S, le cavalier français aura été plus qu’impressionnant, témoignant clairement que la force de travail qu’on lui connait alliée à un talent incontestable, font de lui l’un des meilleurs complétistes actuellement.


Comme à son habitude, le monde du complet nous aura tenus en haleine jusqu’aux dernières minutes de la compétition. Aux prémices, Felix Vogg et son westphalien Colero s’imposent clairement en dressant sous la barre des 30 points pour la Suisse (29.2). La Suédoise Malin Petersen prend la 3e place avec Editha 14, le Britannique David Doel et son hannovrien Eisfee se classent 4e, et la cavalière hollandaise Merel Blom est 6e avec Ceda. Thais Meheust confirme, après sa victoire au Grand National de Saumur, son affection pour la discipline et le plaisir qu’elle prend avec Quamilha, et se classe 10e, d’une tête devant Karim Laghouag et Punch de l’Esques. Les équipes italiennes et belges passent à côté de la 1re épreuve, et leurs cavaliers pointent tous sous la barre des 33, avec des classements provisoires à partir de la 20e place. 


Un cross « redoutable » selon les mots de Thomas Carlile, d’un « niveau de 5*» pour Sam Griffiths, « un parcours assez difficile mais qui convient bien aux Français. La barre était assez haute » pour Thierry Touzaint. Pilier de l’équipe de France, Karim Florent Laghouag est maxi avec Punch de l’Esques, il est devancé sur l’épreuve d’un dixième de seconde par Clara Loiseau et Wont Wait qui réalisent là une superbe performance sur l’exigeant et vallonné terrain du Pin. Le Suisse Felix Vogg prend 26.4 points et chute à la 42e place, David Doel 86.8 points, Merel Blom abandonne. L’Italie a le vent en poupe et remonte franchement au classement avec Arianna Chivo et sa SF Quefira de l’Ormeau (9e au provisoire), suivies d’Umberto Riva et Falconn Sunheup Z (10e). Les Britanniques réalisent également de très jolis tours. Kirsty Johnston est maxi avec Classic VI (7e au provisoire), et Imogen Murray 11e avec Ivar Gooden. 


Avec une telle redistribution des cartes, en amont de l’hippique, la France prend la tête du provisoire avec un peu plus de 16 points d’avance sur l’Italie, et 32 sur la Belgique. A l’issue du cross samedi soir, Thierry Touzaint commente : « J’ai confiance. Maintenant en concours complet, on a souvent des déboires, notamment avec la visite vétérinaire ». Et en effet, la journée de dimanche commence avec Quamilha refusée en visite vétérinaire pour une boiterie légère. Puis, alors que Jean Teulère est le premier de l’équipe de France à se présenter, il prend 13.6 points avec Voilà d’Auzay. La pression monte alors que l’Italie talonne, Arianna Shivo est sans-faute, son co-équipier Umberto Riva fait 4 points, Marco Biasia 8. Giulio Gugliemi est, pour sa part, éliminé. Lorsque Clara Loiseau, malgré un très beau tour, fait 4 points, plus de droit à l’erreur pour le pilier de l’équipe, le champion olympique Karim Laghouag est le dernier à courir pour la France. La joie exulte autour de la carrière lorsque le cavalier passe le dernier obstacle… « Quand je cours avec Punch, je rêve forcément d’une victoire. L’équipe comptait sur moi pour gagner. Cela me fait d’autant plus plaisir, que la médaille par équipe est quelque chose qui me tient à cœur. D’avoir cette pression supplémentaire a été très bénéfique ». 


Le pari est gagné, le couple remporte l’individuel et offre la victoire à son équipe ! Bravo Les Bleus.


Textes et photos Melanie Guillamot 


L’impressionnant Monsieur Carlile ! 


Thomas Carlile cumule l’exploit et le palmarès jusqu’à présent incomparables de s’emparer des trois premières places du CCI3*L avec Bary Louvo (1er) SF de 8 ans, Zanzibar Villa Rose Z (2nd) zangersheide de 7 ans, et Birmane (3e) SF de 8 ans ; et s’offre un doublé sur le CCI2*L avec ses trois 6 ans. Premier avec Dartagnan de Beliard, second avec Darmagnac de Beliard, tous deux SF, et troisième avec Spring Thyme de la Ros,( württ). Une barre sur le premier obstacle de l’hippique du dimanche sur le CCIO4*S, et un premier grand chelem lui échappe. 4 points qui coûtent cher, et le font redescendre de la tête à la quatrième place, avec Atos Barbotière, SF de 9 ans. Avec son anglo-arabe Cestuy La de L’Esques, il talonne Gwedolen Fer (1re, 30 points) et termine second (30.7 points).Avec Darshan du Marquisat, SF de 6 ans, deux barres sur le jumping, malgré un bon dressage (7e), et un cross très bien mené (5e), et c’est la dégringolade à la 15e place au classement final. Qu’importe, le cavalier a juste été tout simplement incroyable !


Retour sur les premiers jours, en sortie du cross du samedi.


Comment tenez-vous sur le rythme infernal imposé par le nombre de chevaux présentés ?


Thomas Carlile : « Pour moi, c’est vraiment un événement incontournable, c’est un objectif de milieu de saison qui est préparé depuis plusieurs semaines. Tout le calendrier ces derniers mois a été là pour préparer les chevaux. La préparation pour amener nos chevaux sur un événement est énorme. Il ne s’agit pas des sept jours de concours, mais des trois semaines en amont durant lesquelles tous les chevaux préparent la même épreuve. Du coup au quotidien, j’ai la chance d’avoir une super équipe en ce moment aux écuries, avec des bons cavaliers, des bons soigneurs et un peu d’organisation sur la structure. Ensuite, bien se reposer les jours avant pour arriver frais, bien s’organiser les premiers jours ». 


Une journée juste impressionnante ce samedi… 


« Oui, c’est une belle surprise. C’est sa première à ce niveau-là, le cheval a fait des belles performances au niveau inférieur. Il a notamment remporté le 3* de Lignières l’an dernier, une épreuve points à Pompadour cette année. Il avait bien fait son premier Grand National, puis avait loupé le second. Atos c’est un peu ça l’évolution, il a commencé tardivement. On a parfois l’impression de faire deux pas en avant, et des fois un bond en arrière. Mais il a vraiment une capacité de rebondir vers l’avant comme il l’a fait pour le cross. Après l’épreuve n’est pas gagnée mais c’est toujours bien de refaire une belle course avec ce cheval-là. » 


Dimanche soir, en sortie de l’hippique des 3*


Au classement final ce dimanche soir, vous êtes second avec Cestuy La de l’Esques sur le CCI3*S, réalisez l’exploit de la main mise sur le podium du CCI3*L en classant Bary Louvo en 1re place, Zanzibar Villa Rose Z, à la seconde place, et Birmane à la troisième marche. Et cette très belle 4e place pour Atos dans le premier CCIO4*S du cheval, un retour sur la performance de ce week-end du Grand Complet ?


« Je ne pensais vraiment pas à ça en venant ici, je pensais que Birmane et Bary allaient se battre pour la tête, parce que ce sont des chevaux qui ont déjà évolué à ce niveau-là cette année. Bary a déjà gagné à ce niveau-là cette année. Birmane a été très compétitive, elle avait gagné ici l’an dernier à ce niveau, et est redescendue d’un niveau. J’étais sûr que ces deux chevaux là devaient bien faire, si on était sur un jour normal. Mais là où je suis vraiment ravi, c’est Zanzibar qui est un tout jeune cheval, il a 7 ans, il n’a commencé le concours complet que l’an dernier. Je le jetais un peu dans le format long ici, parce qu’il s’est qualifié pour le Mondial notamment au Royal Jump à Bertichères. C’est un cheval qui a déjà le look et le modèle d’un 5*. C’est un grand cheval en trois morceaux qui a beaucoup d’actions, je le voyais plus à l’aise sur un format long, pour laisser bien dérouler et se mettre sur l’autoroute. Je pensais qu’il serait plus à l’aise sur ce format-ci, et il l’a été. Il a très bien sauté, le saut d’obstacles c’est toujours un petit peu son point faible, il faut arriver à arranger tout, remettre tout bout à bout après un cross, mais il l’a fait, il a très bien récupéré après le cross hier soir. Il a réussi à toutes les éviter aujourd’hui, et il mérite amplement sa deuxième place. Pour Birmane, je crois que le cavalier de Birmane a été moins bon que le cavalier de Barry et de Zanzibar. C’est une jument, dans la qualité, elle est un peu au-dessus des deux autres, j’ai mâché mon tournant sur l’obstacle n°8, et je l’ai payé cash… C’est une jument un peu trop sûre d’elle, mais si le pilote n’arrange pas non plus... Il faut être deux pour réussir, reste que je suis très content de sa performance. Elle a sauté avec beaucoup de fraîcheur et ça c’est important. Sur le CCI3*S, je me suis battu dès le dressage, une belle remontée sur le cross, et j’ai fait tout ce que je pouvais faire pour la gagner, mais Gwen (ndlr : Gwendolen Fer, qui remporte l’épreuve) a été exemplaire. Je la félicite amplement mais personnellement je suis très satisfait de Cestuy La, il a su rattraper nos erreurs du dressage, et il prend une très belle seconde place. Quant à Atos s’il saute cet après-midi avec de la fraîcheur je serai déjà très content. (ndlr : Juste une barre sur le premier obstacle pour Atos, et une superbe fin de tour, permettent au couple pour leur première sortie à ce niveau de décrocher la 4e place.) »


Mardi soir, à la fin des épreuves 2*


Ce mardi, vous nous refaites un petit chelem sur le CCI2*L, et sur le même schéma que sur le CCI3*L, ce n’est pas avec celui qui était en tête que vous décrochez la 1re place…


« C’était moins attendu avec Birmane qui est connue pour être une sauteuse redoutable, Spring Thyme, pour sa part, a de superbes aptitudes au dressage. Elle a des origines pur dressage, justement le saut, c’est un petit peu son point faible. Aujourd’hui qu’elle sorte à 4 points, je suis à moitié étonné. C’est une bonne jument, je pense qu’elle montre des choses vraiment intéressantes pour la suite. Sur le cross hier, elle a une vitesse et une qualité de galop qui sont vraiment très intéressantes. Elle a une super tête. Depuis le début que je la forme, depuis ses 4 ans, le travail sur le mécanisme du saut n’est pas naturel pour elle, reste que le sans-faute est à sa portée, peut-être qu’il faudra attendre un petit peu de temps, mais on est en train de la construire et on finira par l’avoir. Donc je suis très content. Pour Dartagnan (1er au podium ndlr), il confirme. Il avait gagné le 2* de Jardy à sa dernière sortie. Là, on l’a mis sur un format long pour lui détendre un peu les jambes. Il a super bien récupéré, et a très bien sauté aujourd’hui. On a de grands espoirs dans ses trois chevaux (Dartagnan et Darmagnac de Beliard, et Spring Thyme de la Ros) ». 


Faire deux « hat trick » (ndlr : Passe de trois) dans le même week-end, c’est juste inédit !


« J’ai l’impression que ce week-end, tout me réussit, c’est vraiment très agréable, donc j’en profite parce que cette saison a été très pénible, alors ces moments-là on les savoure, c’est vraiment incroyable ».


Un dernier mot ?


« L’événement est vraiment une réussite, c’est super, il faut vraiment mettre cela en avant ». 


Recueillis par Melanie Guillamot. 




A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°319 du 4 Octobre 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre