- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Anglo mon amour


24/01/2019
    
Calcium Artagnan : le type même de l’anglo de course d’endurance

Remarqué cette année encore lors des finales SHF d’Endurance à Uzès, Calcium Artagnan, l’alezan Anglo de Jean-Michel Grimal, éleveur et maréchal-ferrand à Artagnan (65) et notamment maréchal de l’équipe de France d’endurance avant d’en devenir en

Calcium Artagnan : le type même de l’anglo de course d’endurance


Remarqué cette année encore lors des finales SHF d’Endurance à Uzès, Calcium Artagnan, l’alezan Anglo de Jean-Michel Grimal, éleveur et maréchal-ferrand à Artagnan (65) et notamment maréchal de l’équipe de France d’endurance avant d’en devenir en décembre dernier, le sélectionneur national. En haut du meilleur label depuis son âge de 4 ans, Calcium a de nouveau dominé sa classe d’âge de 6 ans sous la selle de Clémentine Chaud avec un talent certain hérité des filles et petites-filles de sa troisième mère, Lady Charnière AA x Lord Charnière AA x Bouton d’Or AA.


« C’était une jument exceptionnelle, commente Jean-Michel, une Anglo comme on en faisait autrefois. Elle savait tout faire bien. J’ai fait avec elle du Complet, du CSO et de l’Endurance. Elle savait s’adapter à tout. Croisée à un pur-sang arabe, elle nous a fait des filles qui ont donné des filles puis finalement la mère de Calcium, Umaya Art AA croisée à Saderes un fils du tout bon Persik ».


La souche basse comporte des éléments confirmés appuyés par des reproducteurs très sérieux comme Ulm de Domenjol et Ismael d’Aubanel. Calcium Artagnan va poursuivre sa carrière sportive en Endurance sous la selle de Clémentine Chaud, la compagne de Jean-Michel Grimal. Son élevage compte aujourd’hui une dizaine de poulinières pour une production de 7 à 8 poulains par an, tous orientés majoritairement endurance (quelques individus vont en courses). Trois autres Artagnan étaient sur le circuit à Uzès cette année. Calcium (92% de sang arabe) fait la monte en AA, PS ar et OC.


L’anglo, performant en endurance


Les courses d’endurance ne sont pas l’apanage des seuls pur-sang arabes. Un cheval comme Calcium, fabriqué sur des souches maternelles et paternelles aussi sérieuses que les siennes est tout à fait adapté à cette discipline sportive exigeante. « Plus ils sont près du sang arabe, c’est-à-dire avec plus de 50 %, plus ils sont aptes à courir en endurance » note Jean-Michel. Leur morphologie s’y prête aussi : dos un peu long mais pas trop, rein assez long et peu musclé, tour de taille fin (ni levretté ni maigre) et peu musclé, membres bien dans l’axe de la marche (pas de billardage), encolure pas trop longue, toise vers 1,60 m. Ce sont ces caractéristiques qui, selon feu Pierre Cazes, entraineur des équipes de France au début des années 2000 et promoteur en chef de l’endurance en France, distinguaient le cheval d’endurance des autres. « Nous voulons un cheval léger, ajoutait-il, sec avec de l’os, des tendons, mais pas trop de muscles, un cheval généreux mais qui n’ait pas trop de sang pour qu’il ne soit pas difficile à gérer et pas trop de masse musculaire à refroidir ». Quant au caractère, évidemment qu’il en faut. Pour Jean-Michel Grimal, « ce ne sont pas les Anglos qui sont difficiles en course, contrairement à l’idée reçue, ce sont les cavaliers qui ne sont pas encore habitués à ce type de cheval. Ils ont une étiquette de chevaux difficiles qui leur colle à la peau alors qu’ils ne sont pas plus compliqués que les arabes ». 


Déplacement équilibré, bon cœur, facile d’utilisation, canon courts, paturons courts, bons aplombs, voilà, selon Jean-Michel Grimal, les qualités qui font le bon cheval d’endurance et qu’il retrouve dans l’anglo. Des qualités de cœur oui mais pas seulement car l’adage qui veut que « le cœur vous fait gagner, les pattes vous arrêtent » se vérifie souvent. D’où l’importance du travail à l’entrainement qui va de l’éducation jusqu’à la mise en condition.


Pour Pierre Cazes, « la mise en condition consiste, pour un cheval éduqué et qui a déjà acquis le geste (cheval léger, qui va à l’allure qu’on lui demande et avec de bonnes transitions), à acquérir l’aptitude à la compétition à tous points de vue : musculaire, mais aussi digestive et métabolique.


L’endurance métabolique est la capacité du cheval à soutenir un effort sans souffrance. Elle s’acquiert pendant les deux années que dure la préparation. 


L’endurance-résistance, c’est l’endurance métabolique à laquelle s’ajoute la capacité à aller vite. Car la distance n’est pas réellement un problème. Courir 160 km à 12 km/h est relativement facile. Le faire plus vite demande l’endurance-résistance ».


Le marché du cheval d’endurance a connu un pic de forme au début des années 2000 avec l’emballement des cavaliers des Emirats qui achetaient très cher tous ceux qui gagnaient les courses, parfois les mères aussi et s’attachaient les services des entraineurs. C’était l’ère Al Maktoum. Les Français ont acquis un vrai savoir-faire dans l’élevage et l’entrainement des chevaux d’endurance. Leur expertise est reconnue. Pierre Cazes et Jean-Louis Leclerc, deux vétérinaires qui se sont spécialisés dans la discipline, lui ont donné un essor et une visibilité toujours d’actualité aujourd’hui. Depuis, la tendance s’est un peu tassée suivant en cela le contexte général du marché du cheval. Reste que la France et en particulier le sud-ouest a conservé intacte sa réputation. « Nous avons gardé à l’élevage des juments qui ont performé en courses, indique Jean-Michel qui, par ailleurs, entraine des chevaux pour l’Australie. Croisées avec nos bons étalons arabes et anglos, elles ont des produits qui sont recherchés ». 


L’endurance équestre est un sport qui se porte bien. Le nombre de pratiquants est toujours à la hausse et le cheptel des jeunes chevaux va croissant en quantité et en qualité. Chaque année ils sont plus nombreux à Uzès sur les finales SHF.


« Secret de mon Cœur »


Secret de mon Cœur (aacr) est certainement le plus connu des Anglos d’endurance. Meilleur cheval français de la discipline il y a peu, sous la selle de Jean-Philippe Frances, il a fait une belle moisson de médailles l’année des JEM en Normandie et au championnat d’Europe de Samorin. Il a pour père de mère l’Anglo Calin de Mels. Un amour de guerrier, disait de lui son cavalier.


On peut encore citer parmi les Anglos qui se distinguent sur les courses internationales, la Bretonne Sanitza Armor (Danitza aa), Unifly de la Saucire (Butterfly Ducairou aa), Salsa de Line, (mère et père de mère Anglo) , Velika al Mounira (mère Anglo), Corbières de Sommant (mère Anglo), Unamis du Durzon (aacr) (père de mère Dunly aa).


Baccarat d’Argonne


Une toute belle et jeune jument anglo de 7 ans, c’est Baccarat d’Argonne issue de l’élevage de Sylvie et Pascal Trassart (55). C’est une fille du Trakenher Grafenstolz avec Glycine de Grigny aa x Riesling Pierre aa x Rif du Crock aa. Belle et sérieuse lignée maternelle comme les aime Pascal. Il a confié sa perle à une jeune Lorraine, Morgane Euriat, 19 ans, riche d’un joli palmarès en dressage et en Complet obtenu à poney. Le jeune couple vient de remporter le titre 2018 de vice-champion de France pro 2 de Complet disputé à Lamotte Beuvron. Depuis Morgane et Baccarat enchaînent les classements : 13e à Jardy (CCI 1*), 9e à Chateaubriant (CIC 2*) et 2e au Pouget (CCI 2* fin novembre).




A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°316 du 19 Juillet 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre