- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

« Le Staff fédéral est inquiet pour TOUS les équidés en France »

  • "La FFE étudie le cas de cavaliers pouvant ne pas avoir respecté le protocole sanitaire communiqué le 22 février"
Nous avons interrogé le Président de la FFE, Serge Lecomte, pour faire le point sur la situation de la crise sanitaire qui touche les chevaux de sport : l’origine de l’épidémie d’herpèsvirose HVE1, son évolution, l’état actuel des chevaux retenus à Valencia en Espagne, et comment s’organise l’aide aux confinés. Il confirme que « Le staff fédéral est inquiet pour TOUS les équidés en France. » Tout en soulignant que « Les plus porteurs (les chevaux, ndlr) sont ceux des premières semaines qui ne pouvaient pas être au courant, avec des chevaux revenus en France le 8 février pour une crise déclarée le 21. En ce qui concerne les cavaliers partis de Valencia « en catimini » le 21 et/ou 22 février alors que les organisateurs avaient prévenu de la situation sanitaire sur place : « La FEI réfléchit à des sanctions. Pour sa part, la FFE étudie le cas de cavaliers pouvant ne pas avoir respecté le protocole sanitaire communiqué le 22 février. ».

A quel moment avez-vous eu connaissance de cette crise sanitaire?
Nous avons pris connaissance de cette crise le dimanche 21 février, le staff fédéral présent à Oliva (ESP) a été alerté par les cavaliers qui quittaient le site de Valencia (ESP), le site ayant fermé ses portes le dimanche soir. Sur 434 chevaux toutes nations engagées, il restait 150 chevaux retenus par les autorités espagnoles le dimanche soir, dont 21 chevaux français.

Comment avez-vous réagi?
Une communication directe a été établie avec les cavaliers restés sur place, en route ou déjà rentrés. Le lundi 22 février, un mail a été envoyé aux cavaliers des 242 chevaux concernés par les concours de Valencia depuis le 1er février, les informant du blocage du cheval en compétitions nationales et internationales. Par ailleurs, des informations vétérinaires sur cette maladie et un protocole sanitaire détaillé pour les démarches de suivi, ont été diffusés en lien avec le RESPE. De nombreux cavaliers ont pu être joints par téléphone par les équipes fédérales.
Une information aux organisateurs français ayant des compétitions à venir et en cours a également été faite, ainsi que des appels téléphoniques aux principaux points d'étapes, écuries, susceptibles d'accueillir des chevaux de retour de la péninsule ibérique.
A la demande de la FFE, la cellule de crise du RESPE a été activée en liaison avec l'AVEF et les vétérinaires fédéraux.

Moyens humains? Moyens financiers, moyens d’assistance psychologique? Quels relais sur place?
Combien y a-t-il de cavaliers et chevaux concernés?

150 chevaux sont concernés aujourd'hui, provenant d'au moins 6 nations. 5 sont morts. 2 cavaliers professionnels français sont directement concernés avec des chevaux retenus en Espagne, avec 21 équidés. 4 d’entre eux sont soignés sur place et parmi les autres malades, deux cas graves sont à déplorer.

Quelles solutions à court terme?
Nous avons mandaté sur place le Professeur Anne Couroucé-Malblanc qui est en lien permanent avec Jérôme Thevenot, vétérinaire fédéral en charge du saut d’obstacles. De par son expertise, ses expériences au sein des cliniques des grands championnats FEI et sa casquette de Présidente du Conseil Scientifique et Technique du RESPE, Anne Couroucé-Malblanc renforce le soutien apporté à nos chevaux et cavaliers tout en offrant à la FEI un appui efficace.
Nous avons été les premiers à tirer la sonnette d’alarme et proposer des solutions avec nos cavaliers pour que 120 boxes supplémentaires soient livrés afin de pouvoir séparer le plus vite possible les chevaux asymptomatiques des autres et ainsi éviter la propagation du virus et permettre de débuter une quarantaine. Malgré notre pro-activité, l’offre concrète mais aussi l’engagement de prise en charge notre requête n’a pas abouti.
Pour pallier les déficits constatés à distance, nous avons proposé de faire livrer des médicaments et équipements, nous avons référencé auprès de la FEI des cliniques équines françaises pouvant prendre en charge des chevaux et avons en l’espace de 24h commandé et livré 5 systèmes de levage par coussin d’air equi-lift pour pallier le déficit de matériel sur place.
Après l'envoi de matériel, la FFE déploie aussi des renforts humains pour soulager les cavaliers et les grooms épuisés physiquement et moralement. Il est hors de question pour la FFE d'abandonner ses troupes. Nous avons donc demandé au ministre de l'Agriculture d'intervenir immédiatement auprès de son homologue pour autoriser en urgence le rapatriement sanitaire de nos chevaux, selon un protocole sanitaire strict. Dès leur arrivée en France, ils seront isolés dans les meilleures conditions pour y recevoir les traitements adéquats.
La FFE a dès le début des échanges avec les autorités sanitaires françaises et espagnoles proposé plusieurs alternatives dont la mise à disposition du site du Parc équestre fédéral pour organiser une unité de quarantaine, avec l’aide d’une équipe de vétérinaires ayant déjà proposé leurs services, afin de suivre dans les meilleurs conditions possibles les chevaux français revenant d’Espagne.

Ceux qui ont quitté Valence en catimini portent ils une grosse responsabilité dans la propagation ici de la maladie? Sanction ou pas sanction?
Les plus porteurs sont ceux des premières semaines qui ne pouvaient pas être au courant, avec des chevaux revenus en France le 8 février pour une crise déclarée le 21.
Les cavaliers ayant quitté le site le samedi 20 et dimanche 21 ont eu un bon de sortie des écuries du concours et nous ne pouvons que constater le manque de sérieux de la part des organisateurs. La FEI réfléchit à des sanctions. Pour sa part, la FFE étudie le cas de cavaliers pouvant ne pas avoir respecté le protocole sanitaire communiqué le 22 février.

Ceux de Doha risquent-ils d’être touchés au retour?
Doha est également touché par des cas mais la situation est sous contrôle. Des chevaux étaient positifs à l'arrivée et 1 de plus a été contaminé. À ce jour tous les chevaux testés sont négatifs, aucun cas n'est à signaler parmi les chevaux français. L'organisateur déploie sur place un protocole sanitaire très strict.

Thierry Pomel a-t-il des craintes pour les chevaux des JO?
Le staff fédéral est inquiet pour TOUS les équidés en France. Le haut niveau doit se montrer exemplaire pour la continuité du sport mais aussi des activités équestres en général.

Concertation avec la SHF?
En amont de la cellule de crise du RESPE sollicitée par le Délégué général de la FFE, Frédéric Bouix, une concertation a été organisée avec la SHF pour suspendre l'ensemble des compétitions, stages et rassemblements jusqu'au 28 mars inclus. Cette décision de la FFE a rapidement été suivie par la FEI qui a fait de même lundi 1er mars en fin de journée.

Propos recueillis par E. Robert

03/03/2021

Les dernières minutes

09/04/2021

La FEI rend hommage au Prince Philip

09/04/2021

Grand National de Complet à Pompadour

09/04/2021

Le Jumping de Reims annulé

08/04/2021

Michel Robert : « Construire plutôt que détruire et critiquer »

Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre

Actualités régionales