- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Pierre Le Boulanger : la dynastie des Brekka


18/07/2019
    
Avec Viking d’la Rousserie que Kevin Staut amène progressivement sur le grand sport et Valdocco des Caps en GP5* avec Guillaume Foutrier, c’est l’élevage de Brekka qui revient sur le devant de la scène. La mère de Viking, comme celle de Ratina, sa propre sœur, est Hermine de Brekka, fille d’Apache d’Adriers et de Janita par Starter, Janita, la fondatrice de l’élevage de Marie-Ange et Pierre Le Boulanger à Colomby (50) dans le nord Cotentin.
 , 
 , Commune du Cotentin, au sud de Cherbourg, Sottevast abrite le couple d’Anik et Michel Trufer. Eleveurs « amateurs éclairés» pour faire court, ils ont fait naître de nombreux chevaux qui portent l’affixe «Séminaire» mais aussi «Cotentin». Le meilleur d’entre eux, frère utérin de Valdocco, l’étalon Muriesco du Cotentin (Dollar du Murier et Elisa de Brekka (Quidam de Revel)) après une belle carrière avec Jean-Luc Dufour, la termina sous la selle de Guillaume Foutrier. 


Croisée à Quaprice Bois Margot Quincy, Hermine de Brekka a produit ces deux cracks performers, Ratina sous la selle de Pénélope Leprévost pour le haras de Clarbec et Viking dorénavant avec Kévin après une enfance et une adolescence dorées chez Stéphane Dufour qui n’a jamais douté que son protégé atteindrait le haut niveau. Acquis par la famille Baldeck, Viking fait partie du piquet de tête du N°1 français.


Hermine s’est distinguée aussi en produisant Nokia de Brekka (Quick Star) qui fit les beaux jours de Michel Hécart puis Crack d’la Rousserie, l’étalon propre frère de Viking et Ratina.


Le grand Ionesco


Celui qui a réellement mis l’élevage de Brekka sous le feu des projecteurs fut évidemment Ionesco, fils de Dollar du Murier et de Elyria (Quat’sous) fille de Janita, la matrone des Brekka. Ionesco, revenu passer sa retraite à Colomby, fut un crack cheval sous la selle d’Olivier Guillon. Avec un palmarès de folie en 2007, il attisa les convoitises. Pierre Le Boulanger tenta de le préserver pour la France en tentant une convention avec la FFE, les Haras nationaux et la Région. En échange de quoi, les HN exploiteraient la carrière de l’étalon. Las, la semence de Ionesco n’étant pas congelable, la convention devint caduque. Une belle offre arrivant du jeune cavalier d’Azebaïdjan Jamal Rahimov, Pierre Le Boulanger céda le cheval. La suite ne fut pas des plus heureuses pour le cheval qui passa sous la selle du Brésilien Bernardo Alves puis fut castré.


« Le trou de la pente »


Créé dans les années 70, l’élevage tient son nom du lieu devenu aujourd’hui Briquehoulle signifiant « trou de la pente ». Brekka indiquant qu’il s’agit d’une colline escarpée. C’est exactement la configuration de ce charmant lieu bien à l’écart de l’agitation urbaine.


En démarrant son élevage, Pierre savait ce qu’il voulait : une origine avec du sang et principalement celui de Rantzau PS. Et, après quelques essais non concluants, c’est dans la souche de Son Altesse qu’il trouva Janita, fille de Valseuse (Debuché x Fra Diavolo) et Starter (Rantzau). Janita produisit bien et c’est avec ses filles, petites-filles et arrière-petites-filles que se forgea la notoriété des Brekka.


• Pivoine (Kayak) qui donnera naissance à Elisa de Brekka (Quidam) la mère de Muriesco du Cotentin (Dollar du Murier) qui évoluera sous la selle de Jean-luc Dufour puis sous celle de Guillaume Foutrier sur les GP 145/150, de Valdocco des Caps (Number One d’Iso un Prince), Grand Prix 5* actuellement avec Guillaume Foutrier (lire ci-dessous), et de Ivanohé Sauvage (Allegreto), l’étalon d’Henriette Desbrosses.


• Carmen II (Quat’sous et Radieuse) petite-fille de Janita donnera naissance à Guépard de Brekka (Papillon Rouge) bon gagnant en GP, exporté au Portugal puis revenu en France, à Hurlevant de Brekka (Papillon Rouge), étalon national, Markus de Brekka (Verdi) exporté en Allemagne chez Marcus Ehning et Lufger Beerbaum.


• Gazelle de Brekka (Paladin des Ifs), fille d’Ukraine (Mazarin V) donnera naissance à Labrador de Brekka (Olisco) GP 160 avec Julien Epaillard, à Saura Fondcombe (Balou du Rouet) GP 160 sous couleurs suisses, à Kéros de Brekka (Dollar du Murier) bon gagnant sous la selle de Florian Angot. 


Gazelle, vendue à Philippe Prévost est morte dernièrement (voir notre précédente édition).


La descendance de Janita a essaimé dans plusieurs bons élevages. On en retrouve la trace chez Philippe Prévost (Fondcombe) chez Claude Perreau à l’affixe d’Aiguilly avec Toscane d’Aiguilly (Toulon) GP 150, chez Henriette Desbrosses.


Souche très fertile en grands chevaux de laquelle sont issus les Thurin de feu Jean Pottier dont First de Launay, les Kreisker Quickly et Jumpy, Javelot d’Helby, Etoupe II, Baladine du Mesnil, Nade de l’Amplière et combien d’autres.


Cette descendance est toujours à l’œuvre à Brekka avec notamment 


• Cavala de Brekka (Quaprice Bois Margot Quincy et Qualista x Quick Star) suitée d’un mâle de Mylord Carthago


• Tina de Brekka (Lavillon), fille Magali, la propre sœur de Ionesco, la mère de Bugano de Brekka mâle gris sous la selle de Clément Mernier en GP 140. Bugano avait gagné la finale des 6 ans en 2017 et fait 2e du championnat sous la selle d’Eric Lelièvre.


• Flora de Brekka (Armitages Boy et Bella d’la Rousserie x Quaprice BM) suitée d’une pouliche de VDL Glasgow.


• Elyria de Brekka (Dayton Sitte- Lavillon) fille de Tina, suitée d’un mâle par Emerald.


• Goldikova de Brekka (Crack d’la Rousserie et Betty x Ugano Sitte (fille de REEL Histoire) suitée d’un mâle par Emerald.


• Emma de Brekka (Dayton Sitte) fille de Razzia du Gisors x Le Tot de Semilly suitée d’un mâle par Bandro Boy de Béthune ; Emma est issue de la souche de Jean Pottier par Perle de Thurin (Nankin-Rantzau). Elle mêle les sangs de Jalisco, Come On, Le Tot.


• Fun de Brekka (Utrillo vd Heffinck et Ulpiemme Cece (Galoubet) x Nestea Courcel) suitée d’une pouliche de Bandro Boy de Béthune.


Trois à quatre poulains naissaient chaque année à l’époque de Ionesco. Cette année, sept poulains sont nés à Brekka. C’est un rythme que l’éleveur de Colomby souhaite maintenir.


Etienne Robert


Valdocco des Caps : tout commence à Sottevast


C’est, à l’époque, dans ces conditions, qu’au-delà de relations professionnelles, des relations amicales se nouèrent entre les Trufer et Guillaume Foutrier : « Guillaume travaillait dans ces temps chez Huchin au Haras des Princes. Il était venu acheter un poulain à la maison. Nous nous étions revus et il avait plusieurs fois manifesté le souhait d’avoir un poulain de notre jument avec Number One d’Iso. Il ne cachait pas le bonheur qu’il aurait de le nommer de son affixe » relate Anik Trufer. C’est ainsi qu’accouplée à Number One d’Iso, Elisa de Brekka donnait, en 2009, naissance à Valdocco des Caps. 


Elevé à Sottevast jusqu’à 1 an, le jeune mâle est totalement Normand puisque Number One d’Iso, né dans le Pas-de-Calais chez Denis Guillon à Cremarest est un fils de Baloubet du Rouet et d’Hôtesse du Hamel (Si Tu Viens) née chez Albert Durand au Mesnil Rouxelin près de Saint-Lô. Il passe les deux années suivantes chez Jean-Luc Dufour avant de rejoindre le département du Nord.


Débuté à 5 ans par son propriétaire, Valdocco, devenu hongre, passe sous d’autres selles avant de retrouver Guillaume à l’automne 2016. Un an plus tard, lors du CSI de Deauville le couple se fait déjà remarquer sur une épreuve à 140. Il confirmera à Morseele, Villamoura et surtout Mijas en Espagne avec un succès dans le GP 3*. L’an dernier, le frère utérin de Muriesco du Cotentin s’illustre à Drammen, Lons-le-Saulnier, Valence pour conclure avec une brillante 7e place dans l’épreuve Coupe du Monde de Lyon. La saison 2019 se présente sous les meilleurs auspices avec une 4e place dans le GP de Bordeaux et notamment deux victoires dans les GP4* de St Trop-Cogolin.


Pour mémoire rappelons que si la production de Muriesco du Cotentin n’est pas pléthorique, elle est de qualité avec plusieurs produits très bien indicés soit : Ulane Belmanière, Twist de la Butte, Uranus d’Omonville, Urios la Suhardière, Ugolin du Mont et Tahis du Masure.


Jean Bougie



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°316 du 19 Juillet 2019


je m’abonne !  je lis

  • Didier Dhennin/Eglantine du Pouler (PSV)
  • Yannick Dirou/California
  • Fabrice Lucas/Dandy de la Cour
  • Marie Boucanville/Cher Epoux
  • Thomas Carlile/Commando


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre