- Toute l’actualité du cheval et des sports équestres

Philippe Rozier se souvient de sa 2è place à Bercy, en 1987


12/04/2018
    
Philippe Rozier se souvient de la fois où il a électrisé la foule lors de la finale de la Coupe du Monde en 1987 ... C’était à Paris Bercy, il avait 24 ans, et il sera deuxième avec Jiva derrière Katherine Burdsall et son hongre The Natural, le premier cheval de 1 Million de $, couronnés champions du Monde. Ce sera la dernière fois avant 25 ans qu’un Américain est champion du Monde, ce sera Rich Fellers avec Flexible en 2012. Extraordinaire retour en arrière pour le champion olympique de 55 ans...

Les fans équestres français sont réputés passionnés, et cela n'a jamais été aussi évident que lorsqu'ils ont donné des ailes à leur favori Philippe Rozier lors du dernier round du plus grand événement sportif de Paris.
C’était en 1987 que le futur champion olympique de 24 ans (après une participation aux JO de Los Angeles en 1984, déjà avec Jiva) et Malesan Jiva ont côtoyé les plus grandes stars, comme Pierre Durand avec Jappeloup et John Whitaker avec Milton.
Incroyablement, Rozier avait fini le premier round du dimanche en tête, mais finalement un obstacle l'empêcha de devenir le premier vainqueur français de la Coupe du monde Longines FEI ™, alors que l'Américaine Katherine Burdsall et son hongre The Natural, le premier cheval à 1 Million de $, étaient couronnées champions du Monde.

C'était l’écrin originel de Bercy qui a accueilli l'événement de 1987 ...
Paris-Bercy brillait déjà trois ans après son ouverture. Alors qu'il a subi une importante rénovation au cours des dernières années et a été rebaptisé AccorHotels Arena, le lieu était réputé pour son atmosphère magique depuis le début.
Bien qu'il ne soit pas entré dans la compétition parmi les favoris, Rozier était certain que le soutien de la foule pourrait lui donner un avantage dans sa deuxième finale Coupe du monde.
C'est une prétention compte tenu de la présence de Durand, Ian Millar, John Whitaker et Michael Whitaker - ce dernier qui participera également à la finale cette année : "Bien sûr, 15 000 spectateurs derrière vous à chaque saut, évidemment, ça vous donne des ailes!", a déclaré Rozier à FEI.org alors qu'il se souvenait de la finale de 1987.
Burdsall et The Natural sont entrés le dernier jour en tant que favoris, deuxièmes derrière le jeune Rozier. Cependant, la malchance a frappé les stars américaines lorsqu'elles ont laissé tomber la seule barre de la compétition lors du premier round le dimanche.
Cette faute au 11e obstacle, l'un des deux verticaux après un triple, a placé Rozier en tête, avant le deuxième et dernier round du dimanche. Burdsall a réalisé un deuxième tour renversant, sans-faute.
Alors qu'il se préparait pour le parcours de sa vie, Rozier se sentit inspiré par les cris, le piétinement, le mouchoir des milliers de fans.
"Je n'ai rien pris pour acquis", a-t-il déclaré à FEI.org. "Mais j'étais très motivé. Je me suis toujours senti porté par le public dans l'euphorie de cette finale. "
Mais la chance n’était pas au rendez-vous, et ce presque immédiatement. Il fauta sur le premier élément du triple, Jiva touchant à peine le haut du vertical avec les postérieurs. Philippe admet qu'il est « arrivé trop vite sur les oxers ». Philippe Rozier, à 24 ans, est deuxième du Championnat du Monde !
Burdsall est devenue la septième gagnante américaine Coupe du Monde en huit ans, avec sa compatriote Lisa Jacquin, troisième. Il faudra encore 25 ans avant le prochain vainqueur américain, Rich Fellers prenant la première place avec Flexible en 2012.
Ce sera le point culminant des carrières de Burdsall et de The Natural. Natty, considérée comme une superstar qui pouvait dominer encore pendant des années, s’est blessée juste avant les Jeux olympiques de 1988 et n’est jamais revenue à son top niveau avant de prendre sa retraite en 1994.
Quant à Rozier, il n'a jamais été aussi près de remporter la finale de la Coupe du monde, mais fit partie de l'équipe française qui a remporté l'or olympique en 2016 - près de 30 ans après sa superbe performance à Bercy.
Lorsqu'on lui demande s'il considère 1987 comme un moment fort de sa carrière ou une occasion manquée, il n'hésite pas : "C'était un moment fort de ma carrière. J'aurais payé pour être dans le top cinq, car je n'étais pas parmi les favoris, surtout vu que c'était un combat contre Jappeloup et Milton."
Philippe Rozier, 55 ans, estime qu'il est possible que l'un de ses compatriotes pourrait succéder à Bruno Broucqsault, vainqueue 2004 - la seule fois où un cavalier français a remporté le titre.
"Parmi les Français, la meilleure chance serait Kevin Staut, bien sûr", a déclaré Rozier. "Parmi les autres, si Mclain Ward revient avec sa jument, il a beaucoup de chance, Steve Guerdat a aussi une bonne chance."
La couverture en direct de la Finale du Jumping de la Coupe du Monde FEI de Longines et de la Finale de la Coupe du Monde de Dressage FEI commence le jeudi 12 avril sur FEI TV et YouTube ...

Texte Richard Mulligan (FEI), traduction C. Robert

https://www.fei.org/stories/rozier-reflects-1987



A lire aussi : Actu Nationale



Publicité



Vous devez être membre pour ajouter des commentaires. Devenez membre ou connectez-vous



Aucune réaction postée pour le moment. Soyez le premier à réagir à l’article.


Journal Le Cheval n°295 du 12 Avril 2018


je m’abonne !  je lis

  • Captain Semilly (Photos ER)
  • Velsen Chuquerie (Photos ER)
  • Voyageur Of Lulu (Photos ER)
  • Big Star (Photos ER)
  • Malito de Rêve (Photos ER)


Newsletter

Ne perdez pas le fil de l’actualité équestre